Derniers sujets

Partagez | 
 

 Une journée radieuse ? [ Mayu & Kairos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Tueur de Siless
Tueur de Siless
Messages : 83
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageLun 4 Déc - 22:00

Il n'était qu'à peine 10h du matin, mais la chaleur était déjà étouffante. Les hordes de passants qui circulaient entre les étals du marché n'arrangeaient rien à la situation. Les habitants de la cité ne semblaient pas dérangés plus que cela. Mais c'était tout autre chose pour les étrangers qui portaient à leur coup un bout de papyrus rouge. Les plus chanceux avaient trouvé refuge dans une zone ombragée, le temps de retrouver un peu de contenance, avant de continuer leur périple éreintant.

Pourtant, cette journée n'était pas comme les autres. L'air avait quelque chose de lourd. L'atmosphère de la ville était comme électrisée. Les esprits semblaient échauffés et on entendait souvent des éclats de voix s'élever. C'était comme un bruit sourd qui gonflait pour venir enfler dans toute la ville. Puis soudain, les gardes firent résonner leurs armes sur le sol. Le silence s'installa d'un coup dans la cité. Puis une voix puissante et autoritaire pris la parole "Au nom de la glorieuse cité souveraine d'Ahriman et par la grâce du puissant Apophis, il sera procédé à une fouille générale des passants par mesure de sécurité. Les hauts sages rappellent que toute rébellion ne saura être purgée que par le sang. Qu'ainsi soit-il, par la volonté des puissants."

Alors que la ville semble prendre un virage autoritaire, certains héros se dresseront-t-ils ?


Kairos était arrivé, avant le lever du soleil, avec une caravelle remplie de denrées des montagnes glacées. Il avait donc pu prendre quelques repères avant que la cohue n'envahisse le marché et les ruelles étriquées de la ville. Après avoir fait quelques achats rudimentaires, il était allé se nicher sur un toit d'une habitation où il avait attendu avant de contempler le lever de soleil sur les rives de la rivière. Puis il avait dû s'assoupir un peu, pour être finalement réveillé par un curieux vacarme.
L'annonce qui suivit le laissa pantois. Il avait entendu dire par les marchands que la ville avait un mode de gouvernance bien particulier, mais jamais il n'avait pensé qu'une telle pression faisait rage au sein des murs mêmes de la cité. Il avait drôlement envie d'en savoir plus, mais c'était une question de principe, il ne se laisserait pas fouiller sans rien dire !
Il s'engagea dans une petite ruelle à la recherche d'une idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tueuse de siless
Tueuse de siless
Messages : 263
Date d'inscription : 19/09/2017
Infos fermées
MessageMar 5 Déc - 10:48


Mayu marchait d'un pas rapide dans la capitale solaire. Pressée de quitter Sabliar pour se rendre à la Technopôle, la demoiselle avait toutefois quelques emplettes à faire pour son voyage. La ville était en effervescence, comme à son habitude. Ce n'était pas le type d'ambiance que la blanche préférait. Bien au contraire, entre les bousculades, les cris qui cherchaient à attirer sur les étals, les odeurs émanant des plats vendus, et les gerbes de fleurs chatoyantes qui venaient compléter le tout, il y avait de quoi attraper la migraine. Ayant passé la nuit dans une auberge du centre, la jeune femme se rendait à présent dans une artère marchande où un vieil ami possédait une boutique. Elle l'avait rencontré pour la première fois à l'époque de son premier voyage avec le neveu de son maître et ils s'étaient immédiatement entendus, elle était donc retournée le voir à chacun de ses passages à Ahriman. Et en deux cents ans il y en avait tout de même eu plus d'un.

Alors que la demoiselle se glissait dans la foule en tentant de ne pas attirer l'attention des passants, qui tout comme elle portait un fragment de papyrus rouge autour de leur cou, la masse se mit soudain en branle. Alerté par ce soudain remue-ménage, Mayu s'arrêta afin d'écouter ce qui se disait. Elle n'eut toutefois pas besoin de tendre l'oreille puisqu'une annonce, sans doute amplifiée par magie, retenti au même instant dans toute la cité. Une fouille de toutes les personnes présentes ? C'était insensé ! Cela prendrait des heures le temps que les gardes du corps, qui avaient été mandé pour l'occasion, ne fouille tous le monde ! Elle n'avait pas de temps à perdre. Son esprit ne fit qu'un tour.

Enfonçant sa tête plus loin dans sa cape de voyage, et ce, malgré la chaleur accablante, la demoiselle se glissa dans l'ombre des ruelles, quittant les rues principales trop fréquentées qui seraient les premières à être investies pour ce fameux contrôle. De toutes ses visites à Ahriman, c'est bien la première fois qu'elle voyait pareil demande. Il devait s'être produit quelque chose de grave. Le vol d'un objet précieux peut-être ? Fonçant pour s'éloigner le plus possible de la foule, Mayu ne fit pas attention à regarder devant elle et percuta quelqu'un de plein fouet. Se massant le nez, puis le postérieur, car il avait dû amortir le choc dû à son inattention, la blanche se releva, prenant soin de masquer son appartenance au mieux et s'excusa :

- Pardonnez-moi, je ne faisais point attention.

D'un coup d’œil, elle repéra le collier de l'inconnu. Lui aussi devait fuir la cohue, et ajouta plus amicalement :

- Je n'irais pas par là si j'étais vous.

Se demandant si la direction dont venait le jeune homme était plus sûre, Mayu se releva, espérant qu'il n'allait pas lui barrer le chemin. Un simple regard derrière son épaule lui permit de remarquer qu'ils ne seraient pas inquiétés dans les prochaines minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tueur de Siless
Tueur de Siless
Messages : 83
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageMar 5 Déc - 13:34

A peine Kairos avait-il mis les pieds dans la ruelle qu'il se fit percuter par une passante. Il tomba à la renverse sous le choc, d'une violence qu'il ne s'expliqua pas.
En effet la passante en question avait l'apparence d'une fille svelte et légère, mais du fait de l'impact, ses muscles devaient surement être d'un tout autre genre que les siens. Elle s'excusa mais lui ne répondit pas, trop occupé à observer les moindres détails de cette drôle de ... jeune femme ? (il en doutait, alors que pourtant son apparence semblait l'indiquer).
Elle avait dans la voix quelque chose de pronfondément humain, mais en même temps il ne put s'empêcher de penser qu'elle avait déjà tant vécu. C'était comme chaque mot qu'elle prononcait avait été murement réfléchi et issu d'un long procédé de sélection. Son ton était clair, mais nul ne doutait de son autorité. Pas de doute, cette être à l'apparence juvénile était une guerrière. Une guerrière aguerrie, qui vu l'empressement dont elle avait fait preuve, alors qu'elle semblait d'un naturel si calme, devait nécessairement tenter de fuir quelque chose.

Son présentiment fut confirmé lorsque, se redressant, la jeune femme aux cheveux blancs (oui d'une blancheur stellaire!) regarda furtivement derrière pour voir si personne ne pourrais venir lui chercher des poux. Son physique était, à dire vrai, déjà attirant. Mais c'était surtout ce qui se dégageait d'elle qui la rendait véritablement magnétique. Mais, si l'on ne pouvait s'empêcher d'être intrigué par elle, peu sans doute seraient enclin à l'approcher, tant on découvrait après coup qu'elle n'était pas une proie facile, malgré son apparence chétive.

Pas de doute, cette rencontre n'était pas une coincidence, il sentait qu'il devait tenter de saisir cette opportunité. Elle semblait expérimentée et son instinct ne se démenti pas lorsqu'elle lui indiqua qu'il ne devrait pas partir par là.
Kairos sortit finalement du silence de sa contemplation et indiqua :

- J'avoue ne connaître cet endroit que depuis bien peu de temps, et j'apprécierai votre aide. Cette annonce me laisse pantois, est-ce-si fréquent ici ?

Il se doutait que quelque chose d'inhabituel avait dû se produire. Il n'en fallait pas plus pour attiser la curiosité du jeune homme et ses yeux bleus se mirent à briller d'une lueur particulière. Il avait soif d'aventure, et il se demanda si la jeune femme avait décelé cette envie. Malgré des doutes, il avait un curieux pressentiment qu'il était sur le point d'entamer une belle aventure. Etait-ce le flair de l'aventurier qui commençait à s'instiller en lui.
Il s'essaya donc à avancer :

- Votre attitude laisse à penser que vous essayez de fuir cette fouille. Moi aussi je n'apprécierai pas d'être ainsi traité, mais vous semblez plus compétente que moi dans ce domaine. Accepteriez-vous de m'accompagner pour une partie de mon chemin (à vrai dire c'était plutôt lui qui allait l'accompagner plus que l'inverse) ?

Il espérait qu'elle accepterait, mais plus que tout, il espérait secrètement qu'elle voudrait enquêter sur ce qui avait bien pu causer tout ce brouhaha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tueuse de siless
Tueuse de siless
Messages : 263
Date d'inscription : 19/09/2017
Infos fermées
MessageMer 6 Déc - 11:25


Comme le jeune homme l'observait sans mot dire, Mayu se demanda si le choc ne l'avait pas secoué d'avantage qu'elle et hésita un instant à le questionner sur son état. C'est à cet instant qu'il sortit de son mutisme, rassurant l'Âme qui l'écouta attentivement. Elle avait appris avec le temps qu'entendre et écouter était tout sauf semblable et prenait la peine de ressentir derrière les mots les émotions qui les accompagnaient. L'inconnu semblait désorienté et inquiet, ce qui n'était pas étonnant étant donné qu'il venait d'avouer ne pas avoir une bonne connaissance de la capitale. La blanche soupira intérieurement, elle avait espéré qu'il pourrait au moins lui indiquer si la direction qu'il avait emprunté était libre, mais comme il ne connaissait sûrement les principaux passages de la ville et où ceux-ci menaient, cela ne l'aiderait pas. Elle fut cependant surprise par sa demande. Il voulait de l'aide, pourquoi donc ? Arquant un sourcil elle le laissa continuer.

L’inquiétude laissait place à l'excitation et il ne semblait soudainement plus craindre l'agitation qui secouait actuellement la ville. Il lui fit penser à ces enfants trop curieux qui vont jusqu'à faire de grosses bêtises pour connaître le fin mot de l'histoire. Il valait sans doute mieux qu'elle l'accompagne. Au moins pour avoir la conscience tranquille. Replaçant sa besace sur son épaule, l'Âme épousseta sa cape et planta son regard dans celui du jeune homme avant de répondre tranquillement :

- Non. Comme vous avez dut le pressentir dans l'attitude des passants, ce genre d'annonce est tout sauf banale à Ahriman. Quant à la raison de celle-ci, j'ai bien quelques idées, mais rien qui ne saurait être confirmé par mes seules impressions.

Des pas de courses retentirent au loin, venant droit sur eux et Mayu claqua de la langue d'agacement. Il ne fallait pas rester là. Saisissant l'avant-bras du voyageur, elle l'attira dans une petite ruelle qui s'éloignait encore plus des quartiers fréquentés en lui expliquant d'une voix ne tolérant pas qu'on l'interrompe :

- Contrairement à ce que vous avez l'air de penser, je ne fuis pas la fouille. Je n'ai rien à cacher, j'ai simplement horreur de perdre mon temps. Je souhaitais effectuer un simple détour, mais je crains que cela ne soit compromis à présent, et sans aucun doute mal interprété.


Elle entraînait dans ses grands pas rapides l'inconnu et sans ralentir elle continua plus calmement :

- Si vous voulez me suivre, tâchez de maintenir la cadence et de ne pas me perdre de vu dans le labyrinthe de coupe gorge que nous allons traverser. Ne regardez pas les gens et faîtes profil bas.

Mayu lâcha son poignet, s'il ne voulait pas la suivre plus loin elle ne le contraindrait pas. Il était toutefois hors de question qu'elle s’arrête pour observer son choix. Le quartier de bâtisses rapprochées créait de minuscule ruelles à peine assez grande pour être traversée par deux personnes se tenant côte à côte. De nombreuses caisses vides, godasses encrassées et sac de voyage squattaient au pas des portes, réduisant encore la praticité de ces accès. Aux fenêtres, des regards furtifs apparaissaient de temps à autre. Il ne faisait pas bon marquer une pause, ne serait ce qu'un infime moment, dans pareil endroit. Le traverser de part en part était malheureusement la seule façon de rejoindre la boutique de Jonas sans emprunter les voies fréquentées. Le marchand accepterait sans doute de les accueillir le temps que l'effervescence se tasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tueur de Siless
Tueur de Siless
Messages : 83
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageMer 6 Déc - 16:17

Ainsi donc la jeune femme avait à peine eu le temps de lui répondre - avec une certaine froideur - qu'elle l'avait attrapé avec une poigne qui ne cessait décidément de l'étonner et avait accepté, à demi mot, sa demande. Elle marchait vite, mais semblait ne pas même s'en rendre compte. Pas de doute elle n'avait pas menti quand elle avait affirmé qu'elle n'aimait pas perdre son temps. Elle lui faisait penser à ces citadins des grandes villes qui semblent toujours courir après le temps lui même. Ce n’était pas dans son tempérament, lui qui avait connu les grandes étendues sauvages durant son enfance. Le plus troublant dans son comportement c’est que le temps ne semblait pas avoir d'emprise sur elle... Toujours est-il qu’elle ne se souciait pas de savoir s’il la suivait ou non, seul lui importait d’avancer, d’aller toujours plus loin, sans se faire trop remarquer malgré ses cheveux blancs, jusqu’à une destination qui visiblement visait-elle. Kairos se fit la remarque qu’elle cherchait peut être à fuir un lourd passé et rien de mieux pour chasser la mélancolie qu’un tourbillon d’agitation perpétuel.

Quelle étrange personne qui ne cessait de l'intriguer. Ses instructions étaient claires, et le jeune homme fit du mieux qu'il put pour les suivre. La tâche la plus dure était - au delà du fait de suivre la cadence soutenue de sa camarade - de ne pas regarder les passants. Kairos avait cette fâcheuse habitude, pas très polie, de regarder toujours autour de lui, pour imprimer les visages de ses inconnus et ensuite s'imaginer leurs histoires. Alors, c'était quelque chose de ne pas se faire remarquer et de tracer sa route sans prendre le temps d'analyser.

Surtout qu’à vrai dire Kairos n’avait aucune envie de se perdre dans cette zone de la ville. Les ruelles étroites n’étaient pas du tout à son goût, lui qui aimait tant se perdre dans les grandes étendues montagneuses de sa terre natale. Kairos n’avait connu que peu de villes dans sa vie, mais celle-ci lui semblait si désordonnée. Des déchets étaient jonchés un peu partout sur le passage et des rats faisaient bouger les amas. A tout ce désordre, il fallait ajouter le brouahaha permanent de cette ville, et Kairos se mit à se demander comment les gens d’ici faisaient pour ne pas chercher le silence.

La chaleur, l’odeur désagréable et le capharnaüm eurent raison de sa patience et Kairos ne put s’empêcher d’interroger celle qui le guidait sur le lieu de destination de cette dernière. Mais où diable pensait-elle pouvoir aller ?!

C’est sans doute cette altercation qui attira l’attention de 2 gardes occupaient jusque là à fouiller les passants des allées principales. Ils fondirent sur les deux protagonistes tels deux oiseaux de proie qui, tout deux, n’eurent pas d’autre choix que de s’arrêter. Sa compagne de fortune ne semblait pas du tout, mais alors pas du tout ravie d’avoir ainsi fait l’objet de l’attention des deux gardes. Kairos se demanda de qui des gardes ou de la fille il devait avoir le plus peur finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tueuse de siless
Tueuse de siless
Messages : 263
Date d'inscription : 19/09/2017
Infos fermées
MessageLun 11 Déc - 0:31


Alors qu'ils avançaient rapidement entre les montagnes de détritus qui ornaient la ruelle, la question du jeune homme perça le silence, manquant de faire sursauter la blanche. Mais quelle mouche l'avait piqué ?! Il allait les faire repérer par tous les malfrats du coin ! Elle se tourna vers lui, plongeant son regard glacial et peu amène dans le sien, ils étaient si prêt du but qu'elle ne put s'empêcher de rétorquer :

- N'avais-je pas été suffisamment claire sur l'importance de la discrétion dans notre progression ?


Elle voulut se retourner pour observer la rue bondée dont ils s'étaient approchés, mais une poigne assurée l'immobilisa. Son premier réflexe aurait été de sortir sa dague et d'amputer le malotru, mais elle s'exhorta au calme et prit une lente inspiration avant d'achever son déplacement. Le garde qui lui faisait face affichait un grand sourire fier de lui, et il se dégageait de son acolyte la même satisfaction ridicule. Prenant les devants, Mayu leur demanda poliment :

- Que pouvons-nous faire pour vous messieurs ?

Le premier garde, plutôt grand, taillé en V, ôta sa main de son épaule et désigna les opérations de fouilles qui avaient lieu dans la grande rue :

- Vous ne pensiez tout de même pas y échapper, dîtes ?

La blanche soupira et darda un regard plein de mépris sur le brun. Bon sang ! Mais qu'est-ce qui lui avait pris d'accepter de l'emmener ? Elle savait pourtant que dans ce genre de cas, il était plus facile de se la jouer solo. Haussant les épaules, elle chassa son ressenti et répondit avec la même souplesse dans la voix :

- Nous tentions d'éviter les zones les plus peuplées. Mon ami à une peur panique de la foule, d'où notre entrain quant à refuser de nous retrouver pris au piège dans un groupe attendant d'être contrôlé. Nous sommes tout à fait enclins à vous laisser fouiller nos bagages.

Le garde se pencha vers sa besace pour l'attraper, mais la jeune femme recula d'un pas avant d'ajouter avec malice :

- À une condition, toutefois, que vous nous expliquiez ce qu'il se passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Infos fermées
Message

Revenir en haut Aller en bas
 
Une journée radieuse ? [ Mayu & Kairos]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Journée habituelle..ou presque || TOPIC TERMINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Ezylone :: Les terres d'Ezylone :: Sabliar :: Ahriman-
Sauter vers: