Partagez | 
 

 Les habits neufs de Lan Pereur [Quête d'Initiation d'Hétélia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 131
Date d'inscription : 22/11/2017
Infos fermées
MessageSam 9 Déc - 17:12

Les habits neufs de Lan Pereur


Tous les serviteurs des Pereur le savaient : il ne fallait jamais contrarier Mademoiselle. Mais malgré toutes leurs précautions, rien n'avait pu éviter la crise hystérique de Lan Pereur quand elle avait constaté qu'elle n'avait plus aucune robe neuve à mettre pour la soirée prévue la semaine prochaine. Les vêtements et les objets en tout genre volaient à travers la vaste chambre, et personne n'osait plus y pénétrer. Appelé en urgence, ce fut son père qui se chargea d'apaiser les tentions.

- Voyons ma Princesse, ne te mets pas dans des états pareils pour une simple robe. Il suffit de venir me voir, je t'en achèterai une autre.

Mais l'adolescente était toujours furieuse, et rétorqua avec rage :

- Je ne veux pas n'importe quelle robe, j'en veux une avec des fils d'or et d'argent, je veux que personne n'ai jamais rien vu de tel ! Et je veux être sûre que personne n'aura la même !

Poussant un soupire las, Ali Pereur accepta la requête de sa fille et confia à l'une de ses servantes la tâche de lui ramener la robe tant convoitée.

- Je compte sur vous, choisissez une couturière de talent qui n'est pas assez connue pour qu'on retrouve ses créations à tous les coins de rue.

C'est ainsi que la jeune servante s'était retrouvée dans la petite boutique d'Hétélia fraîchement ouverte, une liste d'instructions à la main.

- Je compte sur vous, cette robe doit briller tel le soleil en plein après midi. Et attention : pas question d'utiliser un tissu de basse qualité !

→ Objectif ←

Hétélia, en accédant à la requête de cette riche héritière, tu es certaines d'augmenter la notoriété de ta petite boutique. Mais il va tout d'abord falloir que tu trouves le tissu qu'elle exiges. Tu as deux solutions. Soit tu décides de fabriquer toi-même le tissu, et il te faut donc aller trouver les fils chez un producteur d'Ahriman. Mais attention, tu risques de ne pas parvenir à le fabriquer. Soit tu peux te rendre dans l'une des nombreuses boutiques de la ville pour dénicher un tissu doré, la meilleure étant celle de la famille Derra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 37
Date d'inscription : 21/11/2017
Infos fermées
MessageSam 16 Déc - 16:38

La porte d'entrée s'ouvre alors que je suis en plein rangement, comptant les chutes de tissus susceptible d'être utilisée pour certaines retouches et mettant de côté celles trop petite ou en trop mauvais état pour servir à quoi que ce soit. Un simple regard vers la personne qui vient d'entrer me suffit pour savoir que la commande qui va m'être passée ne sera pas comme toutes celles que j'ai pu avoir jusque ici. Elle ne tient pas de vêtement décousu ou en lambeau dans ses mains, juste une liste et elle semble ne pas réellement savoir ce qu'elle fait ici. C'est certainement le cas d'ailleurs. Quelques minutes plus tard j'ai accepté sa demande et me retrouve dans la pièce de travail.

Jouant avec un ruban de soie je fais les cents pas dans l'atelier, jetant de temps à autres un coup d'oeil à la liste d'instruction posée sur l'établis. Une robe tissé de fils d'or et d'argent capable de resplendir comme un soleil, sur ce point je dois avouer qu'il risque de m'être difficile d'y parvenir même avec un tissu d'excellente qualité mais passons, et d'un modèle que personne n'a jamais vu ou que personne ne porte. Pour le dernier point je suis tranquille, je viens d'ouvrir, personne ne me connais et ce ne sont pas les quelques retouches que j'ai pu faire sur les vêtements des dépendants de la ville qui feront qu'on murmure mon nom dans la rue. Le problème avec la commande qui vient de m'être passé vient du tissu. Il me faut un tissu de qualité, je ne peux donc pas faire avec les chutes présente dans la boutique et mes compétences de tisseuse laissent réellement à désirer. J'ai toujours considéré qu'une couturière n'a pas besoin de connaître l'art du tissage, preuve en est que je me suis trompée sur toute la ligne. Je rigole en ayant cette révélation, il me reste définitivement encore beaucoup à apprendre avant de pouvoir devenir une couturière de grande renommée. Cette prise de conscience me motive et je réfléchis plus activement à la situation. Je ne peux pas tisser les matériaux moi-même c'est un fait. Cela me prendrait trop de temps et les risques que le résultat soit mauvais sont trop grand. Il est dommage que je doive en arriver la pour ma première grosse demande mais je vais devoir me fournir directement le tissu chez un autre indépendant.

Je laisse tomber le ruban sur la table, avant de m'asseoir sur un chaise présente non loin. Savoir que je dois acheter les matériaux est un fait, savoir chez qui aller les chercher en est un autre. Il existe plusieurs personnes en ville capable d'accéder à ma demande néanmoins si je veux le meilleurs résultat possible il faut que j'aille chez le meilleurs, cependant, qui possède ce titre en ville. Je réfléchis quelques minutes avant d'être frappée par l'évidence. La famille Derra. Je n'aurais même pas du avoir à hésiter pour une telle question, quand il s'agit d'étoffes et de tissus ils sont les marchands référents. Je me lève de ma chaise et saisi une cape sur le mur avant de me diriger vers la sortie. La fête est la semaine prochaine, je ne sais pas combien de temps cela va me prendre de tisser la robe et faire les croquis, je ferrais donc mieux de ne pas perdre de temps en réflexions inutile.

Le trajet dure une dizaine de minutes, je passe ce temps à réfléchir, à dessiner dans mon esprit différente robes susceptible de lui plaire, gommant les parties en trop, allongeant les trop courtes, ne parvenant au final pas à me satisfaire des idées me venant actuellement à l'esprit.

J'arrive face à la porte de la boutique de la famille Derra légèrement troublée par tout cela. Je vérifie rapidement que ma tenue est en place, inspirant longuement avant de pousser la porte. « Bonjour, j'aurais besoin de… D'un… D'un tissu pour travailler sur une pièce. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 131
Date d'inscription : 22/11/2017
Infos fermées
MessageMer 20 Déc - 3:55

L'intérieur de la boutique, nommée L'Encapé, était en effervescence, comme à son habitude. Eléanore Mouse, surnommée Spiddy par les gens du milieu, s'agitait derrière son plan de travail en donnant régulièrement des ordres. Sa voix autoritaire n'était ni sèche ni bienveillante. Un juste-milieu semblait régir toute chose dans cet établissement. Il y avait autant de couturières s’activant sur des étoffes que d'espaces vides, comme par peur qu'elles ne se marchent dessus, ou se bouscule, en se déplaçant autour de leur établi. Lorsque la cloche de la porte sonna, toutes les personnes présentes s'arrêtèrent une fraction de secondes dans une synchronicité parfaite, jetant un regard sur la nouvelle venue, avant de se remettre au travail.

La demande de la jeune femme, si elle agaça d'abord la responsable, l'amusa ensuite et elle se leva, indiquant d'un geste ferme à la conseillère qu'elle s'en occupait elle-même. Il était rare qu'une inconnue se déplace en personne pour commander du tissus, de plus, sa tête ne lui disait rien, or elle n'oubliait jamais un client qu'elle avait rencontré. Ses larges oreilles fièrement dressées s'orientèrent vers elle tandis que le tissu de la longue robe rouge qu'elle portait bruissait à chacun de ses pas. Sa queue filiforme serpentait dans son dos, et bien qu'elle fasse une bonne tête de moins que la rousse, l'Animatronus ne se priva pas d'ancrer son regard dans le sien, comme pour renforcer son malaise.

- Bienvenue à L'Encapé, ma chère, je suis Eléanore Mouse, mais faîtes comme tout le monde, appelez moi Spiddy. Quel genre de tissus cherchez-vous exactement ?


Elle se dirigea vers la partie de la pièce réservée à différents mannequins, et en désigna un premier :

- De la soie Satéa, la plus fine et précieuse de tout Ezylone ? Peut-être un peu chère.

Elle enchaîna sur un autre :

- Du velours, alors ? Plus lourd cependant.

Spiddy s'approcha du portant suivant et caressa la matière avec satisfaction en plissant les yeux pour attiser l'intérêt de la cliente :

- Ou bien, du taffetas ? Que comptez-vous faire avec cette étoffe ?

Laissant libre cours à sa curiosité, elle se demanda quelle pièce pouvait naître de la créativité de cette femme. En avait-elle seulement ? Spiddy espérait voir un nouveau talent naître. Elle aimait la compétition et ne s'en cachait pas.

→ Objectif ←

Passons à la pratique. Maintenant que tu as trouvé la fameuse boutique où acheter ton tissu, sais tu lequel tu vas utiliser ? Ou lesquels, d'ailleurs ! Qui a dit qu'il fallait se limiter à un choix ? Spiddy saura te conseiller, mais si tu lui fais perdre son temps, elle risque de rapidement te pousser dans les pattes de sa vendeuse qui sera de bien mauvais conseil comparé à ce maître de la matière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 37
Date d'inscription : 21/11/2017
Infos fermées
MessageJeu 4 Jan - 21:10


Je me balance anxieusement d'un pied à l'autre, regardant les couturière s'atteler à leurs tache comme autant de fourmis dans une fourmilière. Chacune est à sa place, rien ne semble laissé au hasard, que ce soit l'espace dont elles disposent, la manière dont les taches sont réparties… Et au milieu de tout ça, une Animatronus qui est, sans le moindre doute possible, la personne régissant cet endroit. Mon entrée en scène à pendant un instant perturbé l'ordre établie dans la boutique, chacune des travailleuses dévisageant la personne à l'origine de la perturbation cependant, aussi rapidement qu'elle s'est brisée, l'harmonie du lieu se remet en place, les fourmis retournant à leur travail. Seules deux personnes restent concentrée sur moi, l'Animatronus et une femme présente à ses côtés, probablement sa seconde ou alors une conseillère chargée de donner son avis sur les pièces produites ou bien venant en aide aux gens comme moi. C'est d'ailleurs avec une réelle surprise que je vois la responsable venir vers moi. Le geste qu'elle a à l'égard de sa seconde semble indiquer qu'il n'est pas fréquent que ce soit elle qui prenne en charge la demande des visiteurs alors pourquoi ?

Je n'ai pas le temps de me questionner plus longtemps, en quelques enjambées elle est à mes côtés, fixant son regard dans le mien et se présentant comme Eléanore Mouse, Spiddy apparemment comme les gens l'appelle. « Enchantée… Je… M'appelle Hétélia » Je peine à aligner deux mots et ceux-ci sont pour me présenter… Avant que je n'ai eu le temps de me reprendre et lui expliquer la raison de ma venue elle s'est dirigé vers la pièce de présentation des différents articles proposés par leur magasin. Quand je parviens à ses côtés elle me présente différents produits. Je ne l'écoute plus que d'une oreille distraite. Alors que je n'avais jusqu'ici eu que des bribes d'idées concernant la robe de la jeune Pereur, être en face de tous ces tissus fait travailler mon imagination à plein régime. Je me vois tenter différente choses, créer , certaines innovantes, d'autres plus conventionnelles.

La voix de spiddy me fait sortir de mes pensées aussi vite que j'y suis entrée. « Quelqu'un est venu me voir afin de passer commande pour une… Soirée ayant lieu la semaine prochaine. » L'hésitation dans ma voix à presque disparue, l'image que je renvois ne m'importe plus, je suis uniquement concentrée sur ce qui me fait face. Pendant un instant je ne dis rien réfléchissant à tout ce que je pourrais faire avant de me retourner vers Eléanore. « Je… j'aurais besoin de vos conseils si cela ne vous dérange pas ? Vous avez…. Excusez moi » sortant quelques feuilles froissées de ma cape je me dirige vers un établis et saisissant de quoi dessiner je trace un rapide croquis, expliquant en même temps ma démarche. « On me demande un robe faite de fil d'or et d'argent. Je pensais faire un contraste entre ces deux couleurs » Rapide regard vers mon interlocuteur afin de vérifier qu'elle me suit avant de reprendre.

« Concernant le haut de la robe se sera quelque chose de simple, remontant au épaules mais dévoilant le cou et un petit peu en dessous… Et… Oui, probablement avec des manches courtes… La bordure du col plus brillant pour se refléter sur le visage et la mettre en valeur… Quelques broderies et arabesques sur les flancs, eux cousus avec une couleur argentée. » Nouvelle interruption, je relève la main, regarde le dessin qui commence à prendre forme. Le haut est près. Dans les grandes lignes. Reste la robe en elle même maintenant. « Pour la partie basse… Tout en bas une bordure plus sombre et argentée… Il faudrait quelque chose de plus, vous ne pensez pas ? Continuer les broderies de la partie haute peut-être… » Je me tais, réfléchis quelques secondes avant de me relever, regardant Spiddy dans les yeux, la tête légèrement penchée sur le côté. « Vous avez un tissu très fin presque intégralement transparent, d'une teinte gris clair ? » Je reviens à mon dessin, illustrant mon idée « De cette manière je pourrais le placer comme un voile au dessus de cette partie pour atténuer la couleur or mais permettant en cas de mouvements ample de créer une explosion de couleur lorsqu'il se souléveras révèlant la couleur initial. »

Alors que je termine ma phrase et le dessin je prends soudainement conscience de ce que je viens de faire et du lieu ou je me trouve. D'un geste précipité je me recule, laissant en plan le croquis, m'inclinant légèrement devant Eléanore. « Heu… Je… Excusez-moi, j'ai agit sans vous prendre le temps de vous demander si… Enfin… Je vous demande pardon… » Puis timidement, détournant les yeux et ne le désignant que d'un vague signe de la main « Donc heu… Pourriez-vous me venir en aide et me conseiller pour cette pièce ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 131
Date d'inscription : 22/11/2017
Infos fermées
MessageLun 8 Jan - 5:32

La jeune femme qui s'adressait à elle était hésitante. Elle choisissait ses mots avec soin, lui rappelant ses débuts. Avait-elle était aussi timide face à celle qui lui avait ensuite confié ce poste ? Probablement. Spiddy regarda la cliente prendre ses aises, s'appropriant son atelier, le seul inoccupé, et croquant avec ardeur. Elle avait cette flamme, cette passion dévorante qui rendait toute création sensationnelle. Chaque mot, chaque description, était le résultat d'une visualisation aussi rapide qu'efficace, et les traits fins étaient précis. Dans son esprit, la robe prenait forme en même temps que la femme alimentait sa création de précisions. Hétélia pensait à chaque problème technique, mais aussi au résultant final, et à l'effet qu'il devrait produire. Elle ne laissait rien au hasard.

Quand elle se rendit compte qu'elle s'était emportée, la demoiselle se confondit en excuses. Cela amusa l'Animatronus, qui, plutôt que de la réprimander, attendit qu'elle insiste sur sa demande d'aide pour enfin lui répondre. Elle lui fit un signe de la main, l'attirant vers une étagère où de nombreux rouleaux de tissu étaient entreposés selon un classement bien particulier dont elle était la seule à connaître les secrets. Là, la souris monta sur un tabouret et attrapa un premier rouleau. Puis elle changea de support et en saisit un second avant d'amener les deux et de les dérouler en les superposant sur l'établi. Le tissu du dessous était souple, d'une belle couleur dorée qui réfléchissait la lumière, celui du dessus, un tulle d'une légèreté surprenante, était argenté, comme la cliente l'avait décrit. Souriant à Hétélia, elle posa sa main sur son épaule et la sermonna gentiment :

- N'ayez jamais peur d'être passionnée.

Sans attendre la réponse de la jeune femme, et parce qu'elle savait que cela correspondait exactement à ce qu'elle cherchait, Spiddy se dirigea vers le comptoir et lança à la demoiselle :

- Si votre boutique devient connue, promettez-moi de choisir l'Encapé comme fournisseurs exclusifs. Je sens que nous pouvons faire des étincelles vous et moi.

Bien sûr, elle ne manquait jamais de parler affaires. Spiddy savait qu'on avait rarement deux occasions de se faire un nouveau client, mais avant cela, il restait un détail à régler :

- Cela vous fera quatre mille deux cent pièces d'or pour le tulle doré, et deux mille pour le tulle argent, donc six mille deux cent pièces d'or en tout, s'il vous plait.


→ Objectif ←

Et voilà, le moment fatidique de mettre la bourse est arrivé. Ta boutique est naissante et possède donc peu de moyen, et le prix de ces deux coupes est largement au-dessus de tes moyens. Heureusement pour toi, Spiddy semble t'avoir à la bonne, je te propose donc d'entamer des négociations dont le lancé de dé echec/réussite déterminera l'issue. Le lancé de dé sera à effectuer dans la partie dédiée. (ICI)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 37
Date d'inscription : 21/11/2017
Infos fermées
MessageMar 16 Jan - 23:30


Quand elle m'invite à la suivre je m'exécute sans prononcer le moindre mot, sans poser la moindre question. Ce n'est plus à moi de parler, j'ai exposé mon projet, avec plus d'entrain que ce que j'aurais réellement souhaité, et lui ai fait ma demande. Maintenant je n'ai plus qu'à m'en tenir à son jugement et sa connaissance des produits de sa boutique et les plus à même de correspondre à mon projet. Léger haussement d'épaules à peine contrôlé. Je lui fait confiance. Elle est la gérante de ce lieu, le meilleur endroit ou se fournir en tissu de tout Ahriman. Elle ne serait pas arrivé à cette place si elle ne connaissant pas son travail, si elle ne nourrissait pas une réelle passion pour ce milieu. Je regarde rapidement par dessus mon épaule. Je viens d'ouvrir, L'estime de soie n'a pas plus de quelques semaines, actuellement mon avenir comme couturière ne tient, sans mauvais jeu de mot, qu'à un fil… Nouveau regard circulaire sur la pièce avant de me concentrer sur les rouleaux qu'elle tient à la main alors qu'elle se rapproche de moi. Sans surprises les deux correspondent à la demande que je viens de formuler et je me vois déjà travailler dessus. Sa main sur mon épaule me fait sursauter toutefois je ne peux m'empêcher de sourire quant elle me parle. Ne pas avoir peur de sa passion. Si seulement j'en étais capable. J'aime ce que je fait, plus que tout, néanmoins, je suis incapable d'assumer ces moments ou je m'emporte et laisse… La passion oui prendre le dessus.

Rapidement Spiddy change de sujet, revenant sur un terrain plus à son avantage. Un petit rire franchis mes lèvres face à sa demande. Comment quelqu'un comme moi pourrait bien avoir quelque chose à lui apporter ? Sans compter que même si j'omets cette question depuis tout à l'heure le moment ou elle va m'annoncer le prix des tissus arriveras tôt ou tard et je ne sais pas encore comment lui dire que j'ai n'ai pas les moyens de les lui payer. Les choisir comme fournisseur officiel ? La bonne affaire. « Oui… Je… Tout cela est encore récent, je n'ai pas encore eu à… A réfléchir à tout cela… » Je plonge mon regard dans le sien, juste un instant avant de rapidement le détourner « Si la renommée vient à ma rencontre alors je reviendrais vers vous » Sa phrase me fait légèrement soupirer. 'Si votre boutique devient connue' inutile donc de revenir si ce n'est pas le cas. Je peux comprendre sa démarche, ils n'ont pas réellement envie que de mauvaises pièces soient fabriquée avec des produits provenant de chez eux.

Sa question suivante me fait sursauter. Nous y voici. Le moment fatidique, probablement le moment ou je vais devoir rentrer chez moi les mains dans les poches à la recherche d'une nouvelle idée ou avec un textile d'une qualité bien plus basse que ceux-ci. J'inspire profondément, de nouveau je la regarde dans les yeux, me concentrant pour soutenir son regard alors je me tords nerveusement les doigts « Six milles deux cents pièces d'or… » Quand elle la prononcé le prix me semblait élevé mais somme toute logique, quand je le prononce une nouvelle fois il me semble aberrant. Je sais que le prix des robes vendue à la haute bourgeoisie côtoie fréquemment des montants qui me semble aussi astronomique mais le savoir et y être exposée… Ces deux choses sont totalement différentes. « Je… Vous savez ce que je vais dire j'en suis persuadée, personne ne vient en personne chez vous pour se fournir sauf dans certains cas spécifiques. » Silence, je prends le temps de respirer « Je ne déroge pas à la règle… Ma boutique vient d'ouvrir, cette commande est la première commande importante que l'ont me fait. Je… N'ai pas de quoi vous payer les tissus. » Soupir, petit mouvement de tête de résignation « Je ne sais sincèrement pas quoi vous proposer comme échange. Me les céder, accepter que je ne vous paie qu'une fois que j'ai les moyens… En… Vous demandant de faire confiance à un talent hypothétique que vous n'avez pu constater qu'avec ce dessin. » Rire nerveux alors que je désigne le croquis baissant la tête.

Plusieurs secondes se passent sans que je ne dise le moindre mot, réfléchissant à un moyen de sortir de cette situation. « Je ne sais pas quoi vous dire… Décidez par vous même ce que vous souhaitez faire juste… Si vous ne me donnez pas de quoi faire la tenue alors gardez le croquis et faite la pièce. La famille Pereur en a besoin pour la semaine prochaine et si je ne peux pas répondre à leur demande par manque d'argent il est hors de question que ce soit eux qui ait à en pâtir. » La tête basse, j'attends sa réponse sans nourrir le moindre espoir. L'encapé est son lieu de travail, elle est la pour vendre des pièces ou de quoi en confectionner, pas en offrir à la première inconnue venue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 131
Date d'inscription : 22/11/2017
Infos fermées
MessageMer 17 Jan - 13:19

Le silence de Spiddy devant le monologue de la couturière avait interpellé plusieurs des petits mains travaillant en fond, et celles-ci suivaient à présent l'échange distraitement, sans négliger leur travail pour autant. Quant à l'Animatronus, son regard s'était fait sévère. Elle attendit que la rousse ai fini avant de demander de façon neutre :

- À quoi pensiez vous lorsque vous êtes entrée dans cette boutique en sachant pertinemment que vous n'auriez pas les moyens de vous y fournir ?

Il semblait improbable que cette jeune femme ai pu penser qu'une telle qualité ai un coût dérisoire. Alors pourquoi avait elle attendu tout ce temps pour le lui dire ? Quel culot ! Quelle perte de temps ! Le nom de Pereur lui revint à l'esprit. Tout n'était peut-être pas perdu. Il y avait une solution. Cela ne couvrirait pas entièrement les frais, mais nul ne pourrait lui reprocher de ne pas faire d'effort pour maintenir la réputation de la boutique.

- Voilà ce que je vous propose. La robe est sans doute pour Lan, il n'y a qu'une fille à papa pour faire un tel caprice, et elle paiera sans doute un très bon prix qui vous garantira d'autres clients si le travail fourni est satisfaisant. Au vu de votre croquis et de la créativité dont vous faites preuve, je vais vous accorder le bénéfice du doute. Vous me donnerez cinquante pour-cent de vos encaissements jusqu'à avoir remboursé la totalité de la somme. Cela vous permettra de prendre d'autres commandes avec les cinquante pour-cent restant. Cependant, j'émets une condition non-négociable. Non seulement, vous vous fournirez uniquement chez nous, mais vous le ferez savoir à chacun des clients qui viendra vous passer commande.

Un sourire satisfait naquit sur les lèvres fines de la souris avant qu'elle ne plie et range le tissu dans un cabas qu'elle tendit à la demoiselle, gardant la main sur ce dernier en attendant sa réponse :

- Alors ?


→ Objectif ←

Spiddy te propose une solution qui est aussi arrangeante pour l'une que pour l'autre, du moins, de son point de vue. À toi de faire ton choix, accepter l'arrangement et t'attaquer à la fabrication, ou refuser et trouver un autre fournisseur.

→ Dans le premier cas, ton post suivant devra aller de ton choix jusqu'au moment où la servante entre dans la boutique pour récupérer la commande en passant bien sûr par la fabrication et la description de la robe.

→ Dans le second, il te faudra te rendre chez un autre fournisseur, voir ce qu'il te propose en sachant que la qualité sera moins bonne que celle de l'Encapé et que le résultat dépendra donc d'un nouveau lancé de dé echec/réussite. Dans tous les cas, à la fin de ton post, la servante entrera dans la boutique pour récupérer sa commande et payer les honoraires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 37
Date d'inscription : 21/11/2017
Infos fermées
MessageLun 22 Jan - 22:53


Cette proposition n'en est pas une elle le sait, tout comme elle sait que j'ai parfaitement conscience de toute cela moi aussi. Je ne suis pas en mesure de négocier, le temps m'est compté et la qualité de la pièce que je vais devoir fournir se doit d'être impeccable. Son sourire entendu quand elle me tend le sac ne fait qu'appuyer tout cela. Je ne peux m'empêcher de secouer la tête en prenant ma commande. Ce monde, le monde des affaires et du commerce, m'est totalement inconnu. C'est la première fois que je m'y heurte, j'ai bien conscience que ce n'est pas réellement représentatif, disons que si j'avais pris le temps de réfléchir avant de me présenter à l'Encapé la situation aurait pu être différente, néanmoins, je ne peux me demander si je suis faite pour tout ça.

La voix de Spiddy me fait rapidement balayer toutes ces idées noire et remettre à plus tard mon questionnement sur ma carrière. « Je… J'accepte. Peut-importe les conditions au final, je vous l'ai dit, tout ce qui m'importe c'est que cette robe soit réalisée pour la semaine prochaine. » Je prends le sac, lui rendant son sourire, la saluant d'un petit signe de tête « Ma part du contrat sera respecté ne vous inquiétez pas… Comme… Comme je l'ai mentionné plus tôt, ma boutique vient d'ouvrir, je n'ai pas grand-chose à perdre. Au contraire, travailler avec vous me permettra d'accroître ma notoriété plus rapidement. Nous sommes toutes deux gagnantes dans un sens. » Alors que jusqu'alors mon sourire n'était que politesse lentement je le sens s'agrandir et  un amusement dû a là situation empare de moi. «Donc… Si vous êtes fière de mes pièces, n'hésitez pas à dire qu'elles sont faîtes avec vos produits… Nous y trouverons toutes deux notre compte. » M'inclinant devant elle j'attends un instant avant de la saluer « Je vous remercie. Sincèrement. Et je ferais tout pour que vous ne regrettiez pas la confiance que vous m'avez apporté. » Puis, me détournant je retourne à ma boutique

Quelques minutes plus tard mon matériel est installé, le croquis accroché au mur et je fais les cents pas dans l'atelier, réfléchissant à la situation. De temps à autre je m'arrête devant le dessin, redessinant mentalement quelques lignes, effaçant le superflus… Ce travail quelques heures, au terme de celles-ci un nouveau croquis est dessiné. Et je peux me mettre au travail. Cependant, je ne peux pas me permettre de traiter cette robe de la même manière que la plupart de mes autres pièces. Si en temps normal je travail avec des tissus de piètres qualités qui me permettent de reprendre plusieurs fois une partie que je juge raté ou travailler avec les chutes, ici ce ne sera pas le cas. En dépit du temps qui pourrait me manquer, les matériaux que je vais utiliser sont bien trop cher pour qu'une partie de cette robe soit refaite plus d'une fois. Inspirant profondément je me concentre avant de me mettre au travail. J'ai toutes les cartes en mains maintenant il ne me reste plus qu'à rendre réelle la demande de Lady Lan.

Les jours jusque au retour de la servante passent rapidement, fabriquer la tenue me prends plus de temps que prévu et quand elle rentre dans la boutique bien qu'elle soit fièrement exposée au milieu de la pièce elle n'est pas terminée depuis plus de quelques heures. Tout en tournant autour, je vérifie qu'il n'y ai pas le moindre soucis au niveau des coutures, que le tulle argenté ne risque pas de se déchirer ou de tomber au moindre geste ou de se déchirer face à certains mouvements. Mettre en place la partie utilisant le tissue doré ne fut pas particulièrement compliquée, le tissu était suffisamment solide et bien que d'une qualité supérieur par rapport à ce que j'utilise en temps normal travailler avec fut simple. Il m'a fallu me reprendre à une ou deux reprises sur les manches cependant, ce n'était rien en comparaison des pièces composées avec le tissus argenté. Je ne suis pas habituée à travailler avec des tissus aussi fin, fragile et précieux. Il ne me reste pas le moindre morceau de tissu et j'ai eu pendant un temps peur de devoir retourner demander de l'aide à Spiddy… Elle aurait probablement refusé de me donner un nouveau rouleau… Je balaye ces pensées de mon esprit avant de me reculer.

Je fais quelques pas en arrière, un sourire satisfait sur les lèvres. La robe est composée de deux pièces, le tissu d'or a été utilisé pour créer le bustier de la robe lui même constitué de deux parties différentes. Le haut du torse couvre jusqu'au bas du coup et les épaules, faisant descendre les manches jusqu'à la moitié des bras. Suite à ça la tulle argentée prends le relais pour les compléter jusqu'aux poignées. Une ceinture tissé de fils d'or plus foncé prends place sous les côtes, servant à soutenir de longs pan de tissu argent découpés en différents morceaux et tombant jusqu'aux pieds, ne permettant que de distinguer les jambes derrière un voile opaque.

Je viens de terminer mon inspection quand la clochette de l'entrée retentis. Toujours souriante je me retourne vers la servante, la laissant regarder la robe quelques instants avant de l'enlever de son portant, la repliant soigneusement avant de la ranger et la lui tendre. « La tenue vous convient ? » Je parle, une pointe d'appréhension dans la voix. À aucun moment je n'ai douté du fait que cette robe correspond à ces attentes, ce n'est que devant le fait accomplis que je remet en doute la totalité de mon travail. Et si j'avais tout faux...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 131
Date d'inscription : 22/11/2017
Infos fermées
MessageMar 23 Jan - 15:28

Spiddy avait laissé partir la jeune femme, satisfaite de cet accord qui lui garantissait de bons revenus. L'Animatronus pressentait qu'elles allaient bien s'entendre. Lorsqu'elle la vit quitter la boutique, elle lança à sa conseillère :

- Voyez vous cela, nous avons une nouvelle concurrente en ville !


Persuadée que la rousse saurait se démarquer au vu de ce qu'elle lui avait montré, Eléanore se remit bien vite au travail, pressé de voir le résultat lors de la réception, à laquelle, bien sûr, elle allait assister.

◄►

Lorsque Missy Lisfit entra dans la boutique, la robe, spectaculaire, happa son regard instantanément. Un sourire lui échappa, illuminant son visage, et pendant un infime instant elle fut jalouse de sa maîtresse. Elle aurait tellement aimé porter une telle œuvre d'art ! La servante la regarda plier précautionneusement l'habit et la ranger dans une boîte qu'elle lui tendit. La saisissant, les yeux brillants, Missy lui répondit avec un entrain qu'elle espérait suffisamment contenu pour rester professionnel :

- Je suis certaine que Miss Pereur en sera ravie.

Sortant une bourse de son sac, elle la déposa sur le premier support qu'elle trouva avant d'expliquer :

- Voici, très exactement, dix mille pièces d'or. Ma maîtresse m'a demandé de juger le prix selon le résultat et je pense que c'est à peine suffisant.

Légèrement gênée, elle tritura une mèche de cheveux qui s'était échappée de son bonnet et demanda avec moins d'assurance en s'empourprant :

- Est ce que vous... Ne travaillez que pour de grandes maisons ? Je ne suis pas aussi fortunée que la famille Pereur, mais... J'ai de quoi payer un travail correct d'une qualité moindre. Si vous acceptez, je ferais passer le mot à toutes les servantes que je côttoie, elles mêmes pourront surement influencer leur maîtresse et les convaincre d'investir dans une nouvelle toilette unique.

Prenant une inspiration, car elle avait parlé trop vite, Missy reprit, plus sereine, sûre de son choix :

- Je vous laisse le temps d'y réfléchir, une longue absence inquiéterait ma maîtresse. Je reviendrais dans la semaine. Pensez-y.

Avec un dernier sourire, sans attendre qu'elle ne lui réponde, la domestique prit la boîte et sorti. Cela avait été une bonne journée finalement, et son choix s'était porté sur une jeune femme tout à fait capable, pour sa plus grande satisfaction.

→ Gains ←

Grâce à la qualité des matériaux et du travail fourni, Lan Pereur à brillé à cette récéption bien plus que toutes les autres femmes présentes. Elle a donc parlé de vous autour d'elle, ce qui vous garanti de nombreuses commandes à venir. La domestique, Missy Lisfit à également fait appel à vous, bien qu'elle soit dans l'attente de votre confirmation. C'est un aspect non-négligeable, car, si les grandes maisons peuvent se lasser, les petites gens, eux savent accorder plus d'importances au service et à la façon dont elles peuvent être reçues.

→ Notoriété au sein d'Ahriman.
→ Les moyens de prendre d'autres commandes ainsi qu'un contrat avec le meilleur fournisseur de tissu de la ville.
→ 10 PC offert par la famille Pereur pour service rendu.
→ Un familier inoffensif pouvant être choisi dans le bestiaire ou dans les animaux communs, gain offert aux dix premiers inscrits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Infos fermées
Message

Revenir en haut Aller en bas
 
Les habits neufs de Lan Pereur [Quête d'Initiation d'Hétélia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» représentation de Kusari Kitani
» Hasard ou destin? [Guenièvre]
» Les ménestrels
» Quand Bisounours devient Grizzlie, là ça me plaît !!!
» Natsu D. Fairy !!![en cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Ezylone :: Les terres d'Ezylone :: Sabliar :: Ahriman-
Sauter vers: