Derniers sujets

Partagez | 
 

 1,2,3 nous irons aux bois, pour nous mettre dans de beaux draps... | ft Vhaera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
Infos fermées
MessageLun 11 Déc - 18:58


‘’Regardez-moi, je suis Lodriel, un homme sans peurs et sans reproches, qui va se fourrer tout seul dans un énorme pétrin en croyant qu’il peut s'en sortir sans l’aide de personne ! C’est pour ça qu’actuellement, je suis planqué derrière un amas de rochers dans la forêt de pierres, avec une plaie sanguinolente sur le flanc, à tenter de fuir mes poursuivants !’’

Aucun doute : si elle avait été là, elle aurait certainement dit quelque chose du genre. Penser à elle faisait sortir de la tête de Lodriel ses pensées noires. Même si, dans le cas présent, il aurait mieux fallu qu’il se préoccupe réellement de sa situation, plutôt peu agréable et assez dangereuse.

Il avait accepté, sans vraiment y réfléchir, une proposition la veille. Il fallait trouver quelqu’un, a priori le chef d’une petite bande de malfrats, et le faire disparaître. Jusque là, rien d’impossible ou d’effrayant. Bon, la dernière fois qu’on les avait aperçus, c’était au cœur des forêts de pierres. Ce n’était pas un endroit réputé pour sa chaleur et son accueil. Mais même si la région était plus hostile, ce n’était pas ça qui aurait pu repousser Lodriel ou lui faire peur. De toutes façons, il n’avait pas vraiment le choix : c’était son boulot, et il n’avait pas réellement le droit de dire à ses supérieurs d’aller se faire voir.

Mais bon voilà : se méfier de temps à autre et admettre qu’on est un peu inquiet pouvait parfois servir, ne serait-ce qu’à lui voir attribuer des renforts pour ce genre d’expédition. Peut-être qu’en ayant fait part de ses doutes, il n’aurait pas fini avachi contre un rocher dans une forêt sombre et déserte, avec une plaie en travers de la hanche.

Mais il y avait toujours mieux à faire que ruminer sur ses choix passés : maintenant qu’il était dans de beaux draps, il valait mieux pour lui qu’il commence à réfléchir à comment s’en sortir. Il fut néanmoins rapidement sorti de ses pensées par du bruit : des pas, à un rythme effréné, se rapprochaient. Quelqu’un courrait pas loin et se rapprochait de lui. Il se tut, tenta de respirer le moins fort possible et sortit avec une grande délicatesse son épée de son fourreau pour ne pas faire le moindre bruit métallique. Il compressa à l'aide de sa paume sa plaie à travers son manteau, tentant d'accélérer la cicatrisation et d'atténuer la douleur. Oh, il était prêt à se battre si besoin il y aurait. La question était plutôt de savoir s'il serait réellement efficace et capable de se défendre, et ce pour combien de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Infos fermées
MessageMar 12 Déc - 12:15



Cours... Cours petite chose, essaye de fuir, mais je t'aurais, je finirais toujours par t'avoir. J'étais le vautour qui attendait l'instant où ton corps lâcherai, j'étais la faucheuse, j'avançais dans ce lieu « mort », une partie de moi eut un rire assez amer, s'écriant que dans le fond j'étais également morte à l'intérieur. Mais je me sentais tout sauf morte. Pourtant... j'avais cette impression de vide au fond de moi. Vide qui m'avais peut être poussé à recouvrir mon visage de tatouages ? Qui sait. Ma main se posa contre la rugueuse écorce d'un arbre, elle me semblait si froide, absente de vie. J'avais l'impression de toucher une pierre froide. Je retirais ma main comme si je venais de me brûler, poussant un soupir.

Tout avait commencé de la plus simple façon. Une annonce sur un mur réservé aux chasseurs de prime dans une auberge,  une bière, un pot au feu, et puis en selle vers cette nouvelle aventure, mais surtout vers cet argent facile. Il fallait tuer quelqu'un. Certains de mes comparses s'y opposaient, tuer était un crime, mais pas pour moi. La mort n'était rien de plus qu'un autre état de la vie. Si le destin avait décidé que c'était le dernier jour de cet homme, il en sera ainsi, et si c'est de par ma main qu'il doit périr, alors j'en serais fière et honorée. J'avais donc pénétré dans la forêt silencieuse et morte en son cœur. Enfin... Ce ne fut le cas qu'un instant, je parcourais la forêt en courant, mes pas étouffées la parcourant à la recherche d'âmes. Une flèche siffla, me faisant me baisser, regardant tout autour de moi en plissant les yeux.

« Pleutre... »

Une autre siffla et alla se fracasser dans un arbre juste à côté de moi, je n'attendis pas plus, courant pour me mettre à l’abri et trouver un endroit qui serait moins à vue. C'est alors que je vis ce petit lopin de terre, en contre-bas, à trois mètres, les racines de l'arbre au dessus duquel il se trouvait offrait une bonne cachette. Une autre flèche siffla, et je vis plus que je ne sentis quelques mèches de cheveux tomber au sol, coupés nettes. Ni une ni deux, je me glissais d'arbre en arbre avec discrétion, avant de finalement sauter en contre bas, me préparant à atterrir... A part qu'il y avait une donnée que je n'avais pas pris en compte... Et qui avait plutôt son importance. J'atterris donc sur une montagne de muscle... hem hem pardon, sur un homme  qu'on avait sans doute posé là par hasard, un peu sonnée par ma rencontre fortuite, je mis un instant à me relever, vérifiant que je ne m'étais pas fais mal, avant de baisser les yeux vers l'homme que j'avais en face de moi, encore au sol,s ans doute écrasé par mon royal derrière, sortant d'une des sacoches de ma ceinture un papier plié en 4, me penchant pour mettre ce papier à côté de la tête de l'homme et regardant les deux tour à tour. Avant de chuchoter :

« Pardon... Je regardais où j'allais, mais je crois que je t'ai loupé. Non... C'est pas toi que je recherche, dommage ça m'aurais épargné du temps... »

C'est alors que je remarquais du coin de l'oeil du rouge. Du sang frai.

«  Je doute que tu me sois bien utile dans cet état... mais je peux t'aider, c'est ma manière de me faire pardonner. »

Je lui lançais un petit flacon en verre que j'avais décroché de ma ceinture, un mélange d'huile de pavot, d'écorce de saule et de baies de genévrier pilé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Infos fermées
MessageLun 18 Déc - 17:54


Tout se passa extrêmement vite. Le temps que Lodriel se rende compte que les pas approchaient totalement dans sa direction, et à grande vitesse, il ne vit pas venir la personne à qui appartenaient les pas. En même temps, comment aurait-il pu prévoir qu'elle arriverait de là ? Les gens déboulaient rarement du haut, comme des anges tombés du ciel. Enfin, drôle d'ange que voilà. Mais Lodriel n'y pensait pas présentement. Il fallait dire que l'ange en question lui avait sauté dessus sans faire gaffe, et que sauter sur un homme blessé n'était pas forcément très agréable et d'une grande aide pour ce dernier.

Il compressa davantage ses mains sur le tissu au-dessus de la plaie, et jeta rapidement un regard à la personne qui lui était tombée dessus. Il avait tort sur un point : il aurait été incapable, vu la vitesse à laquelle elle était arrivée, de se préparer à se défendre. Si elle était un des autres, et qu'elle lui avait plongé dessus avec une arme, il serait mort à l'heure qu'il était. Elle prononça quelques mots, qu'il écouta à moitié, du fait qu'il était concentré sur autre chose : la douleur de sa blessure.

Et avant même de pouvoir lui répondre, elle dit autre chose, et lui lança une petite fiole. Lodriel s'étonna lui-même de la rattraper sans la faire tomber. Il avait beau avoir mal, il demeurait un assassin : il se méfiait de tout ce qu'on lui lançait et restait quand même sur ses gardes, quel que soit l'état dans lequel il était. Il reluqua un moment le contenu de la bouteille, sans vraiment comprendre.

« On peut pas dire que vous m'avez loupé en effet... De toutes façons, je pense que les gens doivent avoir du mal à vous louper aussi... »

Il faisait allusion au look très excentrique et étonnant de la jeune femme. C'était le moins qu'on puisse dire : elle ne passait pas vraiment inaperçue.

« Difficile d'échapper à des poursuivants quand on brille... comme une parure de cent pierres précieuses différentes... non ? »

Il espérait, à travers cette question à peine discrète, en savoir un peu plus sur les poursuivants dont il parlait. Il doutait clairement que cette femme faisait partie de ceux qui étaient à sa poursuite, même s'il l'espérait pour le moment plus qu'il ne le croyait. Il toussota quelques secondes, et se maudit de voir quelques gouttes de sang sur sa main après l'avoir retiré de devant sa bouche. Il reporta alors son attention sur la fiole que lui avait lancé la jeune femme.

« Qu'est-ce que... c'est au juste... ? »

Lodriel se sentit stupide. Mais après tout, il valait mieux demander. Il n'aurait pas eu l'air bien malin s'il commençait à l'avaler alors qu'il fallait se l'appliquer sur la plaie. Mieux valait paraître con maintenant qu'en faisant comme s'il savait pour impressionner la demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Infos fermées
Message

Revenir en haut Aller en bas
 
1,2,3 nous irons aux bois, pour nous mettre dans de beaux draps... | ft Vhaera
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un, deux, trois, nous irons au bois... [version #1]
» [Mission D] - Nous deux, c'est pour la vie !
» Ils sont là pour nous faire rire!!!!
» "Le bonheur est un mythe inventé par le diable pour nous désespérer."
» Cette ville est trop petite pour nous deux [Riful]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Ezylone :: Les terres d'Ezylone :: Les terres Maudites :: Forêts de Pierre-
Sauter vers: