Partagez | 
 

 Un quiproquo sanglant [RP Kairos et Lodriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Tueur de Siless
Tueur de Siless
Messages : 83
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageLun 1 Jan - 16:52

Après ces péripéties dans le désert et dans la cité solaire, le jeune Kairos avait finalement décidé de quitter les étendues sauvages du désert, pour partir plus loin encore de son pays natal. Les marchands du désert lui avait parlé d'une forêt d'un genre bien particulier qu'ils appelaient "jungle". Cette terre du non de Jangala avait nourri ses rêves pendant de nombreuses nuits déjà.

Tous là bas était luxuriant et vert. Des insectes et bestioles en tout genre volaient entre les végétaux et la nature occupée une place immense, que la civilisation peinée à repousser. On racontait aussi que le territoire était jonché d'anciennes traces d'humanité et de civilisation, disparues depuis bien longtemps, au sein desquelles la nature avait repris ses droits. Cette atmosphère, qui dénotait franchement avec les terres de son enfance, l'avait intrigué au plus haut point.

Comme bien souvent, la vision de Kairos était bien au delà de tous ce qu'il avait bien pu imaginé. Les végétaux atteignaient des hauteurs sans commune mesure avait ce qu'il avait vu jusqu'ici. Surtout, personne ne lui avait parlé de cette crevasse qui perçait la ligne entre la luxuriante jungle et le sinistre désert. Kairos avait donc du chercher un pont, qui ne semblait pas chose commune ici, tant la fosse était d'une largueur incroyable. Le pont qu'il emprunta n'était absolument pas pour le ravir. Il était composé de planches de bois, qui tenaient ensemble à l'aide d'une corde, et que le vent faisait tanguer dangereusement. Il se jura intérieurement qu'on ne le verrait plus jamais emprunter une telle structure de fortune. La prochaine fois, il prendrait le bateau !

Kairos détestait prendre les chemins déjà tracés, mais il renonça vite à l'idée de s'égarer dans cette végétation à la densité incroyable. Il faut dire que le passage du pont lui avait causé une véritable frayeur, lorsqu'une planche de bois avait cédé sous son poids et qu'il s'était retrouvé une jambe dans le vide, au milieu de la crevasse. Et, la rencontre d'un serpent, assoupi, d'une longueur peu rassurante, lui confirma que son choix était sans doute bien avisé. Au début, il n'avait pas fait attention aux habitations nichées dans les hauteurs des arbres. Mais, un jour, épuisé et au bord de la crise de nerfs, il s'effondra et se réveilla dans l'une de ses habitations situées dans les cimes des arbres. La population y était accueillante, bien que très diversifiée. Et les coutumes primitives, mais instructives. Le contact humain lui fit le plus grand bien. Il avait besoin de retrouver un semblant de tranquillité et il s'attela à aider du mieux qu'il pu les indigènes. Kairos était plus grand que les habitants de la forêt et il pouvait donc attraper les fruits, que les indigènes eux récoltaient en grimpant agilement sur les arbres ou les lianes. Une fois qu'il fut remis sur pied, il repartit, soucieux de ne pas trop perturbé la vie de la tribu.

Après des jours de marche dans la jungle, il aperçut enfin les abords de la fameuse "Capitale du plaisir". La ville dégageait un sentiment de volupté et de sensualité qui dénotait avec l'état actuel de propreté du jeune homme. L'humidité et la chaleur n'aidait pas à préserver l'eau au sein du corps, et le jeune homme, s'il s'était habitué à la chaleur sèche du désert, n'était pas préparé à l'humidité ambiante.

Alors qu'il s'apprêtait à franchir les portes de la ville, il aperçut un homme aux mains ensanglantées. Il courut dans sa direction, soucieux de lui apporter son aide. Il avait compris que la jungle n'était pas de tout repos, et il aurait aimé que quelqu'un lui vienne en aide s'il s'était blessé lui aussi.

Lorsqu'il atteignit la hauteur de l'homme, plus âgé que lui, il s'empressa de lui demander :

- Bonjour cher Monsieur, j'ai cru voir que vous étiez blessé, accepteriez vous mon aide modeste ? Je me nomme Kairos et je viens d'arriver ici, vous m'aidez me permettra de ne pas être seul dans cette grande ville ! Quand dites-vous ?

Son chat bleu s'agitait dans le nid douillé qu'il s'était aménagé dans l'une des poches de son maître et regardait avec ses yeux azurs le nouveau venu. Qui était cet homme au regard sombre ?

Nul doute que peu de gens auraient eu le culot de s'approcher ainsi de cet homme. Mais Kairos n'était pas du genre à se soucier de ce genre de "détails".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Infos fermées
MessageMer 17 Jan - 21:16

Sa vue était trouble. Mais il n'avait pas besoin de voir bien net pour remarquer ce qu'il y avait sur ses mains. Elle était d'un rouge significatif, un rouge carmin qui ne pouvait signifier qu'une chose.

Ce qui effrayait Lodriel n'était pas tant cette chose qu'il avait sur les mains, en vérité. C'était plutôt ce qu'il avait fait pour en arriver là. Et ce n'était pas les faits qui lui posait problème... Mais plutôt, l'absence de faits. Il n'avait absolument aucune idée de ce qu'il avait fait.

Il savait pourquoi ses mains étaient collantes et poisseuses, il connaissait la sensation du toucher du sang par cœur. Mais il ne savait pas comment ce sang était arrivé sur ses mains. Encore pire : il ignorait totalement à qui il appartenait. Qu'avait-il fait à cette personne ? Lui avait-il seulement fait quelque chose, ou s'était-il encore, malgré lui, fourré dans des ennuis comme il avait le don pour le faire ?

Il n'en savait rien, et aucun souvenir ne semblait vouloir lui revenir en mémoire. Il respirait difficilement, comme s'il avait une boule dans la gorge, ou s'il venait de fournir un rude effort. Sa vue était toujours un peu trouble, même si elle devenait de plus en plus nette. Le fait d'être incapable de se remémorer ce qui s'était passé pour qu'il en arrive là le rendait incroyablement nerveux. Il creusait au fond de sa mémoire, s'énervait en silence sur sa propre personne, et restait pourtant sans résultats.

Il était complètement perdu. Si bien que lorsqu'un jeune homme l'accosta sans crier gare, il vit, pendant l'espace d'une seconde, une jeune femme aux cheveux blonds et aux yeux bleus à sa place.

"Je suis là."

Il secoua la tête, virant immédiatement de son esprit cette phrase, qui n'était en aucun cas celle qu'avait prononcé le jeune homme. Il se surprit malgré lui à avoir entendu ce que ce dernier avait dit. Mais il répondit totalement à côté de la plaque, encore tout à fait perdu dans ses pensées, à la recherche de ce morceau de mémoire qui lui avait échappé. Et ce n'était pas plus mal, parce que pour une fois, contrairement à la plupart de ses phrases d'accroche lors de ses rencontres avec des inconnus, il ne s'était pas montré agressif dans le ton qu'il avait employé.

« Excusez-moi, mais où sommes-nous ? »

Sa voix tremblait légèrement, tandis que ses mains étaient toujours légèrement levées devant lui et frissonnaient aussi, comme s'il tenait une chose invisible plutôt lourde à porter.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tueur de Siless
Tueur de Siless
Messages : 83
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageLun 22 Jan - 16:32


Kairos, qui d’ordinaire anticipait toutes les possibilités, fut dérouté par la réponse de l’homme qui se tenait devant lui. L’homme semblait absolument désorienté, si bien que Kairos aurait pu passer à coté de lui comme quelqu’un de pragmatique. Kairos décela que l’homme en face de lui tremblait légèrement. Qu’est ce qui avait bien pu lui arriver ?

Pourtant tout chez cet homme laissait à penser qu’il n’était pas du genre à rêvasser. D’abord, il avait cette posture, les pieds fermement ancrés dans le sol, le dos bien droit et les sens en alerte. Ensuite, il avait cette carrure imposante, qui bien que dissimulée derrière ses vêtements, ne parvenait pas à totalement disparaître. En fait, son corps était semblable à un ressort, prêt à lâcher au juste moment. Enfin, et surtout, il avait ce regard et cette façon de vous observer, comme s’il pouvait deviner d’un simple coup d’œil les recoins les plus sombres de votre âme.

Kairos lui trouvait un charme certain, mais il se réprimanda intérieur, il était venu le voir pour lui apporter son aide. Et celui-ci semblait vraiment en avoir besoin tant il semblait désemparé par les événements.

Kairos finit par sortir de ses rêveries et, passait ce moment de surprise, répondit à son interlocuteur :

- Nous sommes aux portes de la capitale de Jungalar, la cité balnéaire. J’ai vu que vous sembliez avoir besoin d’aide alors me voilà, prêt à vous servir. Bon je dois vous mettre en garde, je n’ai pas grand-chose à vous apporter, si ce n’est ma compagnie. Je..

Il allait commencer une nouvelle phrase mais s’arrêta net. Il avait parlé avec un tel débit qu’il n’était même pas sûr que l’autre l’ait compris. Son passage en territoire indigène l’avait décidément un peu plus enfoncé dans son talent inné pour la solitude. Préférant les actes à la parole, il déchira un bout de sa manche et lui pansa la main pour arrêter le saignement. Sa main était étrangement douce, mais sa poigne était elle ferme.

Après ce traitement des plus rudimentaires, l’homme avait l’air d’avoir besoin d’un peu d’espace, et Kairos se mit donc à observer les alentours. L’homme avait visiblement dû se blesser un peu plus tôt, puisque des traces de sang le précédaient. Il se retourna et eut à peine le temps de voir une ombre s’enfuir en direction de la jungle.

- Et si vous tentiez de m’expliquer ce qu’il vous est arrivé pour commencer ?

Sa demande fut adressée sur un ton amical et accompagnée du plus joli sourire qu’il puisse faire !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Infos fermées
Message

Revenir en haut Aller en bas
 
Un quiproquo sanglant [RP Kairos et Lodriel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» prédateur sanglant "justice sauvage"
» Quiproquo et comedia del'arte [Milena°Gabriel]
» Griffe et aura. Combat sanglant...
» Quiproquo {PV Katie}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Ezylone :: Les terres d'Ezylone :: Jañgala :: Mystarcia-
Sauter vers: