Partagez | 
 

 Le monstre, la guerrière et un gringalet [Quête Mayu & Kairos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 57
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageLun 22 Jan - 16:39

Après un long moment à attendre le plus discrètement possible, Kairos finit par sortir de sa cachette improvisée à la va-vite. Il courut le plus rapidement possible jusqu’à rejoindre le campement, qu’il atteignit juste au moment où la précieuse magicienne sortait de sa baignade dans les eaux limpides du lac. Elle était nue, sans que cela ne la gêne nullement. Bien au contraire, ses yeux scrutaient la moindre trace de réactions sur le visage du jeune homme. Elle n’y trouva rien de plus que de l’indifférence et un brin de colère mal dissimulé. Kairos avait manqué de justesse une mort ridicule et grotesque, tandis que cette maudite magicienne s’était prélassée dans le lac en attendant qu’ils effectuent leur mission de reconnaissance.

Il se retint de perdre son sang-froid, lorsqu’il se remémora les avertissements de Mayu à l’égard de cette magicienne. Cette dernière avait du sang sur les mains, c’était évident, et Kairos n’avait pas envie de terminer dans une tombe aussi jeune. Il commençait à avoir froid, mais ils n’avaient pas pensé à récupérer du bois.

La magicienne se rhabilla et demanda :

- Jeune homme, tu es soit doté d’une volonté de fer, qui frôle la sottise, soit tu n’as décidément aucun goût. Jamais personne n’avait résisté à mes charmes avec autant d’audace.

Kairos ne prononça mot, et ne répondit que par un sourire qui inonda son visage. Il ne pouvait pas se permettre de la provoquer directement, mais il savait très bien faire l’impertinent. Et sa remarque montrait un égocentrisme démesuré à l’égard de sa propre personne.

C’est à cet instant que Kairos entendit la voix de Mayu au loin ! Lorsqu’il était sorti de sa cachette, il était persuadé de la retrouver au campement, si bien qu’il ne s’était pas plus préoccupé que cela de savoir où elle était. Ce n’était que maintenant qu’il réalisa qu’elle aurait pu être en bien plus mauvaise posture. Heureusement, sa voix laissait penser qu’elle n’était pas (ou plus) en danger et il s’empressa donc d’aller la rejoindre, ravi de fausser compagnie à la magicienne sans pudeur.

Il la rattrapa bientôt et fut soulagé de la voir en parfaite santé. Il se rua vers elle pour l’enlacer et s’excuser de ne pas s’être inquiété plus tôt de son sort. Puis, un florilège d’excuses à n’en pas finir sorti de sa bouche, sans que le flot ne paraisse vouloir se tarir, jusqu’à ce qu’une boule de poil sorte de la poche de son maître, visiblement courroucé d’avoir été réveillé pendant sa sieste, et ne lui donne un coup de patte pour lui faire comprendre d’arrêter son drôle de manège.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 245
Date d'inscription : 19/09/2017
Infos fermées
MessageLun 22 Jan - 17:29

Lorsque Kaïros lui tomba dessus, elle resta muette, stupéfaite de le voir dans tous ses états. Cela faisait bien longtemps que personne ne s'était inquiété ainsi pour elle et la jeune femme en fut gênée. Amusée, elle laissa tomber le masque en même temps que l'inquiétude qu'elle avait éprouvée un instant plus tôt en le cherchant et posa sa main sur le haut de sa tête avant d'ébouriffer ses cheveux. C'est presque avec tendresse qu'elle ironisa :

- Et bien, on croirait que je reviens de la guerre alors que nous n'avons même pas encore sorti les armes !

Mayu pouffa, et la nervosité retombant, se mit à rire franchement jusqu'à ce qu'une larme perle. Elle chassa celle-ci d'un revers de main, reprit sa respiration et un peu de sérieux pour expliquer :

- J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle.

Désignant la grotte au loin, la blanche reprit en caressant le pendentif bleuté, une habitude qu'elle avait prise récemment :

- J'ai trouvé les œufs, ça, c'est la bonne nouvelle. J'ai trouvé les œufs, ça, c'est la bonne nouvelle. Ce n'est pas profond, mais il n'y a qu'une entrée, et donc, qu'une sortie, ça, c'est la mauvaise nouvelle. Si nous décidons d'entrer pour déplacer les œufs, nous risquons de ne retrouver coincés et le Siless aura l'avantage. On ne peut donc pas se permettre de simplement foncer tête baissée.


Voyant la sorcière s'avancer vers eux, dévêtue, Mayu la tança :

- L'eau était bonne ?

February lui répondit par un grand sourire satisfait avant de s'éclipser dans sa carriole où elle passerait probablement la nuit. Le soleil avait disparu à l'horizon, bientôt, la température chuterait considérablement et ils n'avaient pas prévu de quoi faire un feu. Elle s'en voulut de ne pas y avoir songé avant. Puis un détail lui revint en tête. Lorsqu'ils avaient passé les premières habitations, elle avait repéré un hangar où il en était entreposé. Saisissant la manche du brun pour capter son attention, elle proposa simplement :

- Je crois savoir où trouver du bois, lorsque nous l'auront, il faudra établir un camp et nous restaurer. Je prendrais le premier tour de garde. Suis-moi.

La demoiselle prit la direction, qu'elle espérait être la bonne, vers l'entrée du village. Soulagée, elle finit par retrouver le fameux hangar et s'exclama, tout sourire :

- Et voilà de quoi nous tenir au chaud !


Attrapant plusieurs grosses bûches en ayant vérifié qu'elles étaient bien sèches, Mayu prit un instant pour se demander quelle demeure, bien qu'elles soient toutes semblables, serait le mieux placé pour passer la nuit en paix. Elle finit par désigner la première sur leur droite en expliquant à son allié :

- Je crois que celle-ci est la plus éloignée des champs et du lac. On ne devrait pas y être embêtés.

Sans attendre, elle s'y rendit, poussant la porte qui grinça sur ses gonds avant de dévoiler un intérieur cosy, plutôt simple. Un poêle à bois occupait le centre de la pièce principale, surmonté d'une grille en fer pour faire cuire les aliments. La blanche posa les bûches à l'entrée et observa le reste des meubles. Un grand lit de paille prenait une bonne partie de l'espace à droite, à l'opposé d'une étagère couverte de livre et d'un énorme coffre de bois. Posant les mains sur ses hanches, la jeune femme lança, ravie :

- Parfait !

Elle avait déjà dormi dans des endroits bien moins confortable. Les murs leur assuraient que la chaleur du foyer ne s'échapperait pas, et le matelas de paille, bien que rudimentaire, serait toujours plus agréable que de dormir à même le sol. Elle se tourna vers Kaïros, en attente de son avis.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 57
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageVen 26 Jan - 21:56

Après cette légère crise de nerf terminée, Kairos se sentit un peu plus léger. Le fait que Mayu soit parvenu à mettre la main sur la tanière des oeufs de la créature rassura Kairos. Au moins maintenant ils avaient un but et ils pourraient élaborer une stratégie. Même si l'endroit n'était vraiment pas le lieu idéal. Cette créature avait du soigneusement choisir son endroit, pour qu'il soit quasiment imprenable. Ce n'était pas le fruit du hasard, cette créature était rusée.

Lorsqu'il rentrèrent au village, la seul vue de February donna à Kairos des frissons dans tout le corps. Kairos voyait toujours le meilleur chez les gens. Mais elle, était tellement concentrée sur sa propre personne, que Kairos ne percevait rien de bon en elle.

Mayu le sortit vite de sa rêverie, il avait déjà oublié qu'ils n'avaient toujours pas de feu, et il ne se voyait vraiment, mais alors vraiment pas, passer la nuit dans le froid. Heureusement elle avait visiblement une solution !

Lorsqu'il atteignirent le hangar, Kairos poussa un soupir de soulagement lorsqu'il aperçut les rondins de bois entreposés. Ils ne prirent que le strict minimum pour la nuit, soucieux de ne pas perturber plus que nécessaire le fonctionnement de ce village très modeste. Les habitations étaient rudimentaires et les gens ne collectionnaient pas les biens matériels outre mesure. Les habitants avaient l'air d'être des gens simples, qui cultivaient la terre et lui rendait grâce de sa générosité. Ils trouvaient leur épanouissement dans le travail assidu et la simplicité d'une vie familiale heureuse.

Kairos admirait les gens qui savaient se satisfaire de peu, et qui l'aidait à se souvenir des choses essentielles, lorsque son esprit partait dans des envies trop superficielles. Il avait trop longtemps pensé le bonheur comme quelque chose de complexe et inaccessible, jusqu'à ce qu'il se souvienne de ce que son père adoptif avait essayé de lui transmettre.

Mayu était déjà parti se réfugier dans une petite habitation. Kairos prit un peu plus de temps, savourant la vision spectaculaire du ciel étoilé, dans ce désert dénué de toute pollution lumineuse venant réduire la splendeur des astres célestes.

Puis, lorsque le froid fut trop mordant, il franchit la porte et rejoignit Mayu, qui avait déjà allumé le feu et c'était assoupi sur un grand lit de paille. Il aurait aimé dormir sur le lit, mais il ne voulait pas déranger Mayu et il préféra donc s'enrouler dans une tissu fin trouvé prêt du point d'eau de la petite baraque et s'endormir au coin du feu.

Lorsqu'il se réveilla, Mayu dormait visiblement encore. Il prépara donc un petit déjeuner avec quelques denrées trouver dans la cuisine, s'efforçant de ne pas trop abuser des ressources des habitants de la maisonnette. Lorsque Mayu se réveilla, Kairos aperçut le visage d'une enfant l'espace d'un instant, avant que son masque habituel ne reprenne le dessus. Elle avait au fond de l'âme cette foi inébranlable et candide en quelque chose. Pour autant, les événements l'avait visiblement conduit à se protéger par une carapace solide autour d'elle, qui ne parvenait pas toujours à cacher sa nature profondément gentille et attentionnée.

Après tout, il savait qu'elle était là pour aider ces gens, et aussi sans doute pour éviter qu'il ne se fasse tuer comme un parfait abruti.

Ils retrouvèrent ensuite February, qui visiblement attendait qu'on lui ait préparé à manger. La déception put se lire dans son visage lorsqu'elle comprit qu'ils avaient mangé, sans elle. Et ils n'avaient clairement pas imaginé une seconde lui laissait quoi que ce soit.

Kairos dit :
- Bon et si maintenant nous décidions d'une stratégie à adopter ? Mayu a trouvé le repère de la créature !

La sorcière fut visiblement étonnée de la vitesse à laquelle ces deux gringalets avaient trouvé les oeufs de la bête. Elle les avait sous-estimé, ou ils avaient eu beaucoup de chance.

Le pacte fut scellé entre Kairos, Mayu et la sorcière par le sang. Kairos eut l'idée d'un plan. Le plan consistait à ce qu'il attire la créature loin de la tanière, tandis que Mayu et la sorcière s'infiltrait dans sa tanière, pour capturer les œufs et les mettre dans un endroit le plus éloigné possible des habitations humaines. Ainsi les créatures seraient tranquilles et pourraient grandir, sans avoir à se défendre des humains. Si le plan tournait mal, ils auraient toujours les oeufs pour permettre de tenir à distance la créature.

Encore fallait-il que Kairos parvienne à occuper la créature assez longtemps et sans se faire tuer. C'était cette partie là qui l'inquiétait un peu, mais il s'en accommoderait. A moins que Mayu est une meilleure idée, ce qui ne l'aurait pas surpris !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 245
Date d'inscription : 19/09/2017
Infos fermées
MessageDim 28 Jan - 21:08

Comme le brun ne revenait pas, Mayu alluma le feu, s'assura qu'il prenait, et s'assit sur le grand lit. Elle l'attendit vingt bonnes minutes, puis trente autres, et elle finit par s'endormir, tout habillée, enroulée dans une épaisse couverture, le visage dépassant à peine. Lorsque, plus tard, elle entendit la porte s'ouvrir et se refermer, elle demeura immobile, attendant qu'il s'endorme. La respiration du jeune homme devint profonde et régulière, alors, elle se redressa et se glissa au-dehors dans le silence. Elle s'y assit en tailleur, adossée contre la porte, et fixa le ciel en soufflant des petits nuages blanchâtres dans l'air glacial. Elle demeura éveillée jusqu'à ce que le soleil se lève, puis, estimant qu'ils ne craignaient rien, retourna s'allonger, prenant soin de ne pas réveiller Kaïros.

Une odeur alléchante la tira de ses songes et la blanche ouvrit doucement les yeux avant de les refermer brutalement, aveuglée par les rayons qui pénétraient par la porte ouverte. Mayu grogna, se redressant sur ses coudes, puis sur les genoux, avant de se frotter les yeux en baillant. Quand elle repéra le brun qui l'observait, elle se crispa et se leva rapidement, pliant la couverture en la posant au bout du lit. Elle se rapprocha ensuite du feu et huma le fumet des œufs au plat et des tranches de jambon qui rôtissaient. Elle en attrapa une en se brûlant les doigts et la dévora, puis mangea deux œufs qu'elle trouva un peu fades et se dirigea vers la cuisine où elle trouva des fruits. Elle glissa deux pommes dans sa besace et ouvrit une banane délicieusement sucrée. Avec ça dans l'estomac, elle tiendrait une bonne partie de la journée.

Quand ils eurent fini, la demoiselle nettoya les ustensiles et rangea la maison, s'assurant qu'ils laissaient l'endroit comme ils l'avaient découvert. Lorsqu'elle eu fini, ils rejoignirent February qui fut vexée qu'ils n'aient pas pensé à lui préparer de quoi se repaître. La conversation fut rapidement amenée à la stratégie qu'ils adopteraient ce jour, mais avant qu'ils ne prennent une décision, la sorcière leur rappela leur accord. Elle leur demanda à chacun de tendre le bras vers elle, paume vers le ciel. Puis, sortant une lame extrêmement fine et aiguisée, elle entailla cette dernière d'une croix avant de réciter une formule dont ils ne comprirent rien. La plaie se referma, laissant une fine cicatrice indolore et February annonça qu'ils étaient à présent reliés.

Ensuite, Kaïros leur fit part de son idée. La blanche l'écouta parler, le laissant exposer le positionnement et l'action de chacun. Quand il eut fini, elle secoua la tête négativement pour signifier son désaccord. Il était hors de question qu'ils jouent leur vie sur sa capacité à conserver l'attention du Siless alors qu'il était incapable de se battre. Croisant les bras sur sa poitrine, elle expliqua fermement :

- Il est hors de question que tu joues l'appât. Tu t'occuperas de déplacer les œufs et je me chargerais d'occuper ce monstre avec l'aide de February. Au cas où tu l'aurais oublié, nos vies sont reliées les unes aux autres jusqu'à ce que la lune ai atteint son apogée. Il n'est pas question que je laisse ma vie entre tes mains alors que tu n'as rien d'un combattant.

Elle s'en voulut d'avoir été si dure, mais elle ne pouvait pas se permettre de prendre ce risque. Ce pacte la rendait vulnérable, et elle détestait cela au plus haut point. Comme il était hors de question qu'ils discutent d'avantage de ce point, la blanche enchaîna :

- Bien, si nous amenons les œufs de l'autre côté du lac, les habitations et les champs seront en sûreté. Puisque vous avez eu l'excellente idée d'utiliser un véhicule pour vous déplacer, nous l'utiliseront pour éloigner rapidement les petits, February, je vous demande donc de le vider de toutes choses superflues.

La sorcière ne paraissait pas ravie, mais elle s'effectua. Les œufs faisaient bien cinquante centimètres de hauteur pour au moins vingt-cinq de largeur, il y aurait tout pile assez de place pour les y stocker. En espérant qu'ils ne soient pas brisés dans le transport, elle devrait juste empêcher le Siless de s'en approcher. Soupirant et faisant rouler ses épaules pour chasser le stress, elle ajouta à l'intention de Kaïros :

- Tu attendras que nous ayons fait sortir le Siless au point A, l'avant du lac, une fois que nous auront l'attention du monstre, je sifflerais, ce sera le signal, tu te dirigeras vers la grotte avec le carrosse et y récupéreras les petits, puis tu lanceras les chevaux au galop pour atteindre le point B, l'arrière du lac. Là, tu abandonneras le carrosse le plus vite possible et tu reviendras vers nous, que nous puissions te protéger au cas où la Siless changerait de cible pour retourner auprès de sa progéniture.

Ils n'avaient pas vraiment le choix. La demoiselle laissa sa cape glisser sur ses épaules, dévoilant sa tenue de combat aussi légère que chatoyante. La blanche vit dans le regard de February une étincelle, un éclat mauvais. Oui, elle avait raison. Elles s'étaient déjà rencontrées. Sans attendre de consentement, elle se dirigea à grands pas, frappant le sol sous ses pieds pour que les vibrations attirent la bête. La sorcière la suivit, l'imitant. Après une vingtaine de minutes de capharnaüm au bord du lac, au milieu des exploitations, le sol se mit à trembler. D'un coup, le sol s'affaissa et Mayu bondit sur la droite tandis ce que son alliée partait sur la gauche, afin de cerner le Siless et le désorienter. D'un autre mouvement rapide, elle passa la main sur le pendentif qui se mit à chauffer avant de s'enrouler autour de sa main puis de s'étirer pour former une rapière. Prenant son courage à deux mains, elle fonça sur le monstre. La lame ne fit que glisser sur l'un des anneaux au niveau du ventre et elle dut reculer.

February intervint à son tour, une étrange sphère rougeoyante se forma au-dessus de sa paume, puis elle prit la forme d'une lance qui fendit l'air. Mayu sentit un léger affaiblissement de son énergie, et comprit aussitôt que le projectile n'était autre que le liquide vitale de la femme, et par extension, le leur. Elle continua d'attirer la bête, égratignant ses anneaux par de multiples coups où elle risquait sa vie à chaque moment. La lance s'approchait de la tête de la bête à grande vitesse, Mayu pria pour qu'elle ait un quelconque effet tout en sifflant de toutes ses forces. C'était maintenant ou jamais.

Lancé de dé :
[Echec] : La lance se plante dans le cou du Siless sans réellement causer de dégâts. Cela l’énerve donc et il se rétracte sous terre pour préparer une nouvelle offensive.
[Réussite] : La lance se plante dans le premier œil gauche du Siless, cela rend sa périphérie de vision moins grande et son flanc gauche plus exposé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 57
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageMar 30 Jan - 16:53

Bon, certes Mayu n'avait pas accepté l'intégralité de son plan, mais au moins s'en était-elle inspirée. Elle ne l'avait pourtant même pas consulté pour avoir son avis. Et cela ne plaisait pas à Kairos qu'elle n'est pas même pris cette peine là.

Ainsi, il attendait maintenant, en regardant au loin Mayu tapait du pied pour émettre des vibrations censées attirer le monstre. Celui-ci n'était visiblement pas pressé puisqu'il n'apparut qu'après 15 bonnes minutes où Kairos se délecta à la vue de Mayu tapant désespérément du pied et de la magicienne ne daignant pas même s'intéresser à elle. Depuis que Mayu avait révélé sa tenue de combat, la magicienne s'était encore plus durcie. Elle n'était visiblement pas, mais alors pas du tout, enchantée à l'idée de travailler avec elle.


Lorsque le monstre surgit, Mayu fonça droit sur lui, avec bravoure et ardeur. Si elle n'avait pas toujours de tact, elle ne manquait certainement pas de courage. Et Kairos appréciait ce trait de caractère chez les gens.


Pourtant, la bataille semblait bien mal engagée, les attaques de ses partenaires effleurant à peine les défenses du monstre. Surtout, Kairos eut un haut le coeur qui manqua de lui faire perdre ses moyens lorsque la magicienne créa de toute pièce une lance rougeoyante. Utilisait-elle vraiment leur sang ? Kairos n'était pas vraiment sur de vouloir connaître la réponse.

Puis, Mayu siffla, et Kairos dut donc abandonner ses coéquipiers à leur duel ardent, avec d'amers regrets. Il serait toujours plus utile là-bas plutôt qu'à se mettre dans leurs pattes en plein combat.

Il prit les rennes du carrosse et partit à toute vitesse en direction de la grotte où était situé les œufs de la créature. Il parvint sans difficulté jusqu'à l'entrée de la grotte, déplaça le rocher et fit irruption dans la grotte de la créature.

La cavité rocheuse était assez vaste pour accueillir 3 œufs, d'une taille assez impressionnante, mais que Kairos pourrait transporter à la main, un par un. Les œufs semblaient assez proche de leur stade de maturité. Mais il n'avait pas le temps d'étudier plus en détail cet endroit, il fallait agir, et vite !

Il entreprit donc de les transporter jusqu'au carrosse.

Lancer de dé :
[Échec] : Kairos fait tomber le premier œuf, qui se brise en provoquant un vacarme impressionnant, faisant éclore le premier œuf. Les autres œufs se mettent à éclore et la créature se précipite pour sauver ses petits.
[Réussite] : Kairos transporte sans encombre les 3 œufs, et retourne sur le carrosse pour entamer la seconde partie de sa mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 245
Date d'inscription : 19/09/2017
Infos fermées
MessageVen 2 Fév - 0:19

Le Siless avait replongé dans son trou, secouant la terre et faisant trébucher la blanche. Son cœur loupa un battement, elle était en mauvaise posture. S'attendant à ce que la bête surgisse sous ses pieds, elle serra les dents et se releva le plus vite possible, étonnée de ne pas avoir été attaquée. Ce n'est qu'alors qu'elle senti que les vibrations se déplacer dans la mauvaise direction. Elles allaient droit vers la grotte ! La combattante jeta à February :

- On a perdu son attention, il faut le rattraper et l'empêcher d'avoir Kaïros !

La sorcière répliqua sèchement en la suivant :

- On ne lui a pourtant pas demandé la lune !


Mayu aurait voulu pouvoir se retourner pour lui envoyer un regard noir, mais le temps pressait. Elle ne pouvait pas se permettre que le brun meure sans quoi elle encaisserait de lourds dégâts. Même sa régénération naturelle aurait du mal à suivre. Elle ne voulait pas finir dans cet état. Hors de question ! S'agrippant à sa lame, elle fonça, poussant sur ses jambes plus que jamais pour gagner en vitesse. Lorsqu'elle arriva en vue du carrosse, elle comprit. Il avait brisé les œufs. Les jeunes Siless étaient à présent sortis de leur coquille et leur mission venait de changer du tout au tout. Avisant February qui se préparait à tirer un nouveau projectile, elle siffla entre ses lèvres, espérant qu'il ne soit pas trop tard :

- Ne visez pas les petits, ça ne fera qu'attiser la colère de la mère ! Nous les tueront plus tard, ils ne représentent aucun danger, nous devons seulement les contenir !

La lance disparut dans une étrange fumée rougeâtre. La mage devait arrêter d'utiliser leur sang ainsi, sans quoi le brun ne ferait pas long feu, il n'avait pas une constitution capable de supporter ce traitement. La blanche arriva enfin près du carrosse, percutant de plein fouet le jeune homme en lui évitant une mort certaine. Un trou béant venait de s'ouvrir juste sous ses pieds et le Siless referma sa mâchoire acérée à l'exact endroit où ils se trouvaient une seconde plus tôt. Avisant Kaïros, elle le tira sans ménagement pour qu'il se relève et le tira vers le carrosse dont les chevaux menaçaient de briser leur harnachement. Sans laisser à son allié le temps de reprendre ses esprits, elle tenta de lui expliquer le plus rapidement possible pendant que February retenait l'attention de la créature :

- Nos priorités ont changé. Enferme les petits Siless dans le carrosse et fais en sorte qu'il ne le quitte pas, la mère ne s'attaquera pas directement au chargement, elle risquerait de les tuer, c'est ton bouclier, c'est clair ? Tant que son attention est divisée entre sa progéniture et nos attaques, nous auront l'avantage.

Ayant peur qu'il soit en état de choc, elle le secoua, se refusant à le gifler, puis elle le poussa énergiquement vers l'avant du transport puis couru vers la sorcière qui peinait à maintenir les attaques, seule. Ses lances lui avaient donné une idée. Tandis qu'elle reprenait ses assauts, inefficaces, mais suffisamment rapide pour être agaçants aux yeux de la bête, elle lança à February :

- Si tu arrivais à lancer un de tes projectiles dans la gueule du Siless, tu pourrais le faire exploser de l'extérieur ? Ou même seulement l'empoisonner ?


La mage la fixa un court instant, comme si elle était folle, et répliqua sèchement d'un ton supérieur, comme à son habitude :

- J'ai beau être puissante, tu as vu la taille de cette chose ? Il faudrait bien plus qu'une lance pour en venir à bout !


Mayu hurla, aussi bien pour être d'être entendu que par lassitude :

- Je n'ai que faire des inconvénients, ce serait possible, oui ou non !?


February répondit sur un ton bien plus serein :

- Si tu le distrais suffisamment longtemps pour que je puisse incanter et que tu m'offres une bonne occasion, oui, je suppose qu'en cumulant deux charges cela devrait pouvoir le faire.

La blanche ne répondit pas, elle savait ce qu'elle avait à faire à présent. Elle jeta un regard entendu à la mage qui recula jusqu'au carrosse pour créer une lance particulière. Durant ce temps, Mayu dut distraire le monstre seule. Un premier coup la frôla, manquant de l'emporter, et lui laissa une profonde entaille sur le côté de la cuisse gauche. L'odeur métallique du sang la dopa et elle se jeta à nouveau dans la bataille. Sa lame alla malencontreusement se coincer entre deux plaques et le Siless se débattit pour se débarrasser de ce qui devait, pour lui, ressembler à un parasite. Elle fut projetée en arrière, la main coincée dans la garde de sa lame ne lui ayant pas permis de se dégager. Le monstre fonça droit sur elle, la gueule béante. C'était l'occasion rêvée, elle espérait que February l'avait vu elle aussi.

Lancé de dé :
[Réussite] : Mayu parvient à esquiver l'attaque en se relevant assez vite et February réussit son tir dans la gueule du monstre → Une charge.
[Echec] : Mayu ne parvient pas à se relever à cause d'une faiblesse due sa blessure, l'attaque de February détourne l'attention du Siless qui fait volte-face pour se protéger avec sa queue. Au passage, il dégage Mayu dans ce même mouvement et elle atterrit contre un roc qui déboîte son épaule gauche → Pas de charge


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 57
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageMar 6 Fév - 20:31

Mayu était arrivée juste à temps. Kairos c'était rapproché des petits, se doutant que la mère ne l'attaquerait pas à coté de ses petits. Mais lorsqu'il avait vu Mayu arrivait, il s'était précipité sur elle, ne se doutant pas que la créature n'attendait que cet instant pour l'attaquer. Heureusement Mayu l'avait sauvé in extremis !

Légèrement désarçonné (ceci est un ephèmisme), Kairos était pourtant dopé par l'adrénaline. Il ne voulait pas mourir aujourd'hui. Il entreprit donc de réaliser la tâche que Mayu lui avait confié.

La tâche n'était pas facile, mais surtout répugnante. Les petits étaient visqueux et laids. Mais, ils étaient inoffensifs à cet âge là. Il parvint à transporter un à un les petits dans le carrosse et s'enferma avec eux. Le carrosse était entièrement noir, si ce n'est un léger orifice en bas qui laissait filtrer un rayon de lumière. Les petits n'étaient pas agressifs et semblaient tous somnoler. Sans doute avaient-ils faim et tentaient-ils d'économiser leur énergie. Cela n'était pas pour mécontenter Kairos qui n'aurait pas aimer devoir gérer ces trois petites horreurs.

Kairos tentait de reprendre son calme, mais il entendait les bruits du combat qui faisait rage juste à coté de lui. Il était partagé. D'un coté, il s'en voulait de les laisser se débrouiller seule. Mais de l'autre il s'avait qu'il ne serait qu'une charge pour elles.

Il entreprit donc d'étudier un peu plus l'anatomie de ces créatures. Les petits ressemblaient à des larves. On pouvait voir de minuscules dents faire le tour de leur bouche. Ils se déplaçaient sur le ventre, par le biais de leurs muscles abdominaux qui se contractaient et se détendaient en rythme régulier. Deux orifices leur permettaient de respirer. Ils avaient presque l'air paisibles, si on oubliait de quelle créature ils avaient été enfantés.


Soucieux de s'occuper l'esprit, Kairos ne prêta bientôt plus attention à son environnement. Il était totalement absorbé dans la contemplation de ces créatures.

Courroucé, l'esprit souris fit son apparition, visiblement courroucé :

- Je suis ravi de voir que tu es fasciné par ces bestioles absolument répugnantes, mais au cas où tu l'aurai oublié, ton ami et l'autre folasse qui vous accompagne sont en train de se battre juste à coté. Alors maintenant tu vas me faire le plaisir de te retourner la cervelle et de trouver un moyen de les aider ! Et ça s'en te mettre en danger ! Déjà qu'avec tes deux mains gauches tu as réussi à louper une mission pourtant pas très difficile. Alors maintenant on se bouge et on arrête de se prendre pour un scientifique en herbe !

L'esprit avait raison, Kairos ne pouvait pas rester comme cela à ne rien faire. Le désert ne laissait que peu de place à la créativité. Il avait seulement sur lui de quoi grignoter et une bouteille d'eau.

En les transportant Kairos s'était rendu compte d'une chose : Les petits étaient particulièrement vulnérables. La question était de savoir comment utiliser cette faiblesse à son avantage, sans attiser la colère de leur mère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 245
Date d'inscription : 19/09/2017
Infos fermées
MessageJeu 8 Fév - 16:43

Le souffle court, Mayu inspira une grande goulée d'air. Pour cette fois, elle l'avait échappé belle ! Mais si cela continuait, la chance passerait, elle en était certaine. La première charge était maintenant en place dans l'estomac de la bête, c'était le second point positif de cette action. La plaie sur sa jambe la brûlait, mais il n'était pas encore temps de se plaindre, la blanche tenait encore debout, alors elle devait continuer de se battre. Avisant February qui préparait déjà la deuxième charge, elle se déplaça vivement sur la droite pour attirer l'attention du Siless.

Mayu sentait la fatigue poindre, elle manquait d'entraînement, la sentence était l'engourdissement de ses membres et la raideur de son bras droit. Après cette aventure, du moins, si elle s'en sortait, il faudrait qu'elle pense sérieusement à reprendre ses sèances quotidienne d'exercices. La queue du monstre s'abattit à dix centimètres et elle esquiva encore, reculant pour mieux bondir, plantant sa lame entre deux anneaux. Elle fut entraînée dans un rodéo violent, ballottée comme une poupée de chiffon, et elle en ressortirait sûrement avec de nombreux bleus. Cela lui fit gagner de précieuses minutes durant lesquelles elle savait la mage tranquille.

Un mouvement plus large failli la faire lâcher prise et son poignet se tordit douloureusement, mais, là encore, elle resta accrochée. La douleur aiguë la fit grimacer, bon sang, quelle sale bête ! Alors que le Siless tentait de la happer dans sa large gueule, Mayu profita de l'élan de son mouvement visant à la dégager pour extraire sa lame et bondir vers son affreux faciès. Espérant réussir là où la première attaque de la sorcière avait échouée, elle se raccrocha au bord de sa gueule et poussa sur ses jambes de toutes ses forces pour atterrir sur le sommet de son crâne. Laissant libre cours à sa rage, elle planta son arme dans l'œil supérieur de la créature qui ouvrit une gueule béante pour évacuer sa douleur.

Pas assez vive pour extraire la lame avant que la créature réagisse, elle perdit l'équilibre, se retrouvant à pendre dans le vide, raccrochée à sa lame de son poignet blessé. Elle ne tiendrait pas longtemps. Elle avait tout donné, c'était à February d'achever ce combat, la blanche, elle, n'avait plus l'énergie de continuer. Un dernier coup acheva de déloger l'œil de la créature de son orbite dans un pop répugnant, et la jeune femme réussit à attraper la dague dans sa botte afin de sectionner le nerf optique la reliant à la bête, faisant hurler le Siless derechef. Chutant en tentant de se rattraper à une prise inexistante, la blanche se recroquevilla sur elle-même, attendant le choc qui ne manquerait pas. Fermant les paupières les plus fortes possibles, elle se mit à prier pour que February ait profité de l'occasion pour achever son sortilège. Un sifflement transperça l'air.

Lancé de dé :
[Réussite] La deuxième charge atteint son but et February fait exploser le Siless de l'intérieur. Mayu est légèrement sonnée, mais consciente, le choc a toutefois était grand et elle ne peut pas bouger.
[Echec] La deuxième charge atteint son objectif et February essaye d'activer l'explosion, mais se prend un coup de queue du Siless. Mayu est inconsciente pour le post suivant et si Kaïros n'intervient pas, en très mauvaise posture.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 57
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageMar 3 Avr - 11:08

Kairos entendit un hurlement strident perçait le voile de la nuit. Les larves présentes dans le carrosse ne semblaient même pas avoir entendu le bruit de leur mère en train d'agoniser.

Kairos s'empressa de sortir du carrosse pour aller rejoindre son amie, en fermant la porte derrière lui (on ne sait jamais, les petits étaient peut être innoffensif à l'heure actuelle mais il n'avait pas envie de devoir encore régler son compte à une de ces grosses bestioles.
Certes, il n'avait pas été d'une grande aide, voire même plutôt un point pour son équipe, mais visiblement l'heure était à la fête, inconditionnelle.

Kairos s'empressa de rejoindre Mayu pour la féliciter. Il prit quelques instants pour remercier la magicienne de l'aide précieuse qu'elle leur avait apporté. Puis, sans vraiment attendre la réponse de la magicienne, il demanda à Mayu de lui expliquer ce qu'il s'était vraiment passé pendant qu'il faisait du babysitting de larves. Mais alors qu'il demandait ça, il se rendit compte de l'état dans lequel se trouvait sa comparse. Elle était salement amochée. Il s'empressa de lui offrir la bouteille qu'il avait et lui proposa de retourner au village pour dresser un camp et reprendre quelques forces. Ils auraient tout le temps de célébrer leur victoire et discuter plus longuement, l'important dans l'immédiat était de s'assurer que Mayu irait bien.

Arrivé au village, ils firent un feu de camp et après avoir discuté briévement, Kairos s'endormit comme un loir, jusqu'à ce que le soleil ne le réveille en chatouillant son nez.

La drôle de bande rentra à la capitale, pour annoncer la bonne nouvelle aux habitants. Ils avaient tous hâte de rentrer chez eux, pour retrouver la tranquillité qui jusqu'alors leur convenait à merveille. Une fois la bonne nouvelle annoncée, Kairos souhaiter partager un bon repas avec Mayu, comme ils en avaient l'habitude maintenant, une fois le dur labeur accomplit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Inconnu
Inconnu
Messages : 245
Date d'inscription : 19/09/2017
Infos fermées
MessageMar 3 Avr - 23:32

L’atterrissage lui avait coupé le souffle, et c'est sonnée qu'elle avait regardé la Siless rendre l'âme dans un râle d'agonie. Soulagée, la blanche ferma les yeux, tentant de reprendre son souffle. Son dos et ses cottes étaient douloureux, chaque inspiration donnait l'impression de tirailler tout son être, et son poignet devait être cassé. Mais ils avaient réussi leur pari, et dans un état de semi-conscience elle ne put s'empêcher de rire, grimaçant de concert aux douleurs que cela lui causait. Ils avaient réussi... Elle n'en revenait pas ! Alors finalement, il suffisait d'y croire ? De donner le maximum ? C'était si simple et risible sur le papier et pourtant cela avait marché ! Une certaine fierté la fit chasser une larme, elle avait eu si peur d'échouer, de ne pas pouvoir les protéger, pire, de rentrer bredouille et de devoir annoncer à ces gens qu'ils n'avaient rien pu faire !

February semblait lessivée. Même pour une puissante mage, un sort de cette envergure devait nécessiter beaucoup d’énergie. Elle se redressa en serrant les dents et la félicita de sa réussite. L'entendre la remercier et lui renvoyer le compliment étonna la blanche, mais elle n'osa rien dire, ne voulant pas provoquer l'ego surdimensionné de la dame. Le brun les rejoignit, et un rapide coup d'œil de l'âme permit de vérifier que le carrosse avait survécu, et que les larves devaient toujours s'y trouver. Un soupir de soulagement lui échappa alors qu'elle souriait au jeune homme. Ce dernier la questionna et lui tendit sa boisson qu'elle ne se priva pas d'avaler goulûment après lui avoir promit le récit de leur victoire.

La mage s'occupa de mettre fin à la vie des vilaines bestioles tandis qu'ils retournaient au village pour un repos bien mérité. Une fois installée autour d'un feu, la demoiselle raconta patiemment l'assaut à Kaïros, se retenant de foudroyer du regard February à chaque fois qu'elle l'interrompait ou la corrigeait sur sa version des faits. Bien sûr, elle minimisa l'action de la blanche, arguant que sans sa magie, ils ne seraient jamais venus à bout de la Siless. Comme elle avait raison, et que Mayu n'avait pas vraiment la force de se disputer avec elle, elle la laissa dire, soupirant d'agacement et haussant les épaules. Le brun s'endormit rapidement, mais l'âme, elle, ne parvint pas à fermer l'œil. Elle ressentait le contre coup du combat, ce frémissement intérieur alors que ses blessures se refermaient progressivement.

Le lendemain matin, ils partirent aux aurores, tous pressés d'annoncer la bonne nouvelle aux habitants du village désormais libéré. Lorsque cela fut fait, que les félicitations et remerciement se turent et que le groupe reparti pour réintégrer son foyer, la demoiselle s'étira. Son poignet ne lui causait plus qu'un léger fourmillement, et le reste des bleus et blessures avaient disparu, elle se sentait bien, plutôt contente d'avoir cru dans l'humanité de son compagnon de voyage. February les laissa après leur avoir rappelé leur accord, et ils s'installèrent dans une bonne auberge pour commander un délicieux repas. L'humeur légère gagna la jeune femme d'habitude si sérieuse et lorsque le vin et la musique eurent achevé de la détendre et de lui délier la langue, son rire rejoignit celui des personnes qui se moquaient de leurs mésaventures. Qu'il était bon de vivre dangereusement !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Infos fermées
Message

Revenir en haut Aller en bas
 
Le monstre, la guerrière et un gringalet [Quête Mayu & Kairos]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Monstre de la nouvelle map (Ascadia)
» Question monstre !
» Crystaline Saphirr [Ebéniste,forgeronne, guerrière]
» Seaux, rateaux & monstre. [Orange Town, Rang C, Chasseur de Prime, Elimination monstrueuse]
» La plume de Rarage | Grande Guerrière => Crèp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Ezylone :: Les terres d'Ezylone :: Sabliar-
Sauter vers: