Derniers sujets

Partagez | 
 

 Sakura, la douceur incarnée [RP Kairos et William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Tueur de Siless
Tueur de Siless
Messages : 83
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageDim 20 Mai - 17:16

Après avoir franchi les fameuses chutes de cristal en compagnie de Mayu, Kairos avait eu envie de faire un tour au temple de Sakura. Mayu c'était moqué de lui et de ses caprices de touriste et l'avait laissé se rendre jusqu'au temple seul.

Sahl était une plaine paisible et verdoyante. Le paysage, s'il était lui aussi unique, n'en était pourtant pas époustouflant. A dire vrai, Kairos le trouvait même monotone et ennuyant. Heureusement qu'il avait réussi à obtenir un cheval pour traverser cette plaine interminable. Sur la route il aperçut de nombreux marchands, qui voyageaient en groupe afin de se protéger des brigands. Plusieurs fois ces groupes crurent voir en la personne de Kairos un de ses éclaireurs que les brigands avaient l'habitude d'envoyer avant de charger une cargaison qui attirait leur convoitise. Mais lorsqu'ils parvenaient à distinguer le jeune homme, les gardes qui les accompagnaient se détendaient à la vue d'un simple jeune aventurier dépourvu de toute arme à la ceinture.

Dans les champs, de nombreux paysans s'activaient à récolter les différents céréales et légumes qui poussaient, sans faire attention à ce qui se passait autour d'eux. Des gardes à cheval étaient chargés d'assurer leur protection contre d'éventuelles attaques. Dans les villages, le même schéma se reproduisait souvent d'un halo de maisons, dont les plus grandes et les plus riches étaient situées au centre. Kairos fut agréablement surpris du nombre d'objets en vente dans cette zone, notamment en terme de vêtement. Il fut ravi de pouvoir troquer ces vêtements souples du désert fait en lin récolté dans le village qu'il avait défendu, contre des vêtements plus resserrés et adaptés au climat de Sahl.


Quand il arriva aux abords du temple, le paysage changea légèrement. Les plaines jusque-là monochromes prirent des reflets et des teintes plus colorés. Les cerisiers qui entouraient le temple emplissaient l'atmosphère d'un sentiment de tranquillité que Kairos n'avait jamais ressenti jusque là. Enfin, il comprit ce que les habitants de la zone pouvaient bien trouver à cet endroit en chevauchant, les chevaux dans le vent, le long de ces cerisiers qui semblaient éternels.

Bientôt le temple fut à sa portée. L'architecture était totalement différente de tout ce qu'il avait pu voir par le passé. Surtout, le temple se fondait merveilleusement avec le décor et notamment les chutes d'eau environnantes alimentées elles-mêmes par les chutes de cristal. L'endroit n'était pas plus que cela gardé. Aucun brigand n'aurait sans doute l'audace de chercher des poux à l'institution qui fournissait au monde entier les guérisseurs les plus érudits.

Il fut accueilli par une jeune soigneuse, rapidement remplacé par un charmant jeune homme qui insista pour s'occuper de Kairos. On lui indiqua une chambre où déposer ses affaires et passer la nuit, en échange du récit de quelques aventures durant le diner. Une fois les affaires déposées, son guide lui fit faire le tour du temple. La bibliothèque y renfermait une quantité astronomique d'ouvrages en langues multiples traitant de la guérison et du chamanisme. Alors qu'il admirait les rayonnages, un chaman lui demanda de bien vouloir venir à sa rencontre. Ce dernier était visiblement d'un âge très avancé, sans que Kairos ne puisse le déterminer avec précision. Il dégageait une impression de grande sagesse et semblait intrigué par Kairos :

- Dis moi jeune homme, que viens-tu donc faire ici ? Cela fait maintenant bien longtemps que je ne peux plus me déplacer de ce temple et j'avais perdu espoir de revoir de tels esprits dans ces lieux. Ne fais pas cette tête enfin, je suis chaman, tu ne pensais tout de même pas que je n'allais pas voir les esprits qui t'accompagnent.

Kairos était décontenancé. C'était la première fois qu'un humain voyait ses esprits. Lui qui ne comprenait pas vraiment son pouvoir, allait peut-être pouvoir en savoir plus sur la nature de celui-ci.

- Le premier est l'esprit d'une chouette des monts enneigés. Elle m'accompagne depuis mon enfance et m'a sauvé de la mort qui m'attendait. Le second est un esprit du désert qui a choisi de m'accompagner dans ma quête.

Le vieux homme reprit :

- Je vois, je vois. Tu dégages un aura très particulier qui attire les esprits autour de toi. Je ne doute pas que tu puisses les distinguer si tu le désires. Si un jour le cœur t'en dit, revient dans ce temple pour qu'on t'enseigne les rudiments du chamanisme.

Kairos avait de nombreuses questions, mais le regard du vieux homme, jusqu'à présent vif, c'était assombri, signe que la discussion était terminée en ce qui le concernait.

Respectant les volontés du vieux chaman, Kairos ne le dérangea pas plus longtemps et fini le tour des environs. Il aperçut alors, un barbu légèrement plus âgé que lui, dehors au soleil. Il attira la curiosité de Kairos, sans que ce dernier ne sache comment l'aborder. C'est alors que le familier de Kairos, un voltiran azuré, sortie de sa cachette pour se jeter sur la queue en forme de pompon de l'animal qui ressemblait à une panthère au pelage multicolore juste à côté de l'homme. Kairos accourus pour récupérer son familier, de peur qu'il ne se fasse dévorer par la créature dans un excès de colère. Kairos se dit dans sa tête qu'il préférait le temps où sa petite boule de poils n'était pas aussi intrépide ! Il espérait surtout que l'animal qui avait attiré son attention n'était pas carnivore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 78
Date d'inscription : 08/01/2018
Infos fermées
MessageDim 20 Mai - 22:53

Après les périples de ces dernières semaines je décidais de me retirer en un lieu paisible qui m'avait vu grandir : le temple de Sakura. J'en profiterais pour y retrouver mon frère aîné, Samuel.

Mayu pouvait comprendre mon besoin de solitude après la dure décision que j'avais prise. Et je pouvais entendre sa peine qu'elle avait pourtant tu.

J'avais fait bonne route jusqu'au temple, le temps était clément, le soleil et la légère brise me revigorèrent. Lorsque j'arrivais dans le lieu sacré, mon frère m'accueillit les bras ouverts.
- Will ! Que me vaut ta présence ? Il me serra dans ses bras. Que je suis heureux de te voir !

Je lui expliquais succinctement les raisons de ma démission et ma venue en cet endroit, en quête de quiétude mais pas que ... j'avais besoin d'enseignements, et je savais que la bibliothèque qu'offrait Sakura  serait une source précieuse.

Mon frère me réserva sa chambre, je refusais en le remerciant.
- Ne t'inquiète pas pour moi Sam, j'irais dans le dortoir avec les autres pèlerins.

Je me dirigeais vers le lieu où j'avais passé de nombreuses nuits lors de mon enseignement de soigneur. J'y installais le peu d'affaires que j'avais, Shadow miaulant à mes côtés, presque indigné :
- Ne t'inquiète pas mon grand, je t'installerais une couche. Mais il va falloir que tu sois sage ! le réprimandai-je en souvenir du souk qu'il avait mis dans ma chambre à la Caserne de Cirdania.

Une fois installais je décidais de fureter la bibliothèque. Le chaman du temple déjà présent me fixa de son profond regard. Il m'attendait, j'en étais persuadé. Je n'expliquais toujours pas ce don de clairvoyance, il arrivait toujours à me faire frissonner, j'avais l'impression que son regard me transperçai l'âme, qu'en posant simplement ses yeux sur moi il savait ... Tous mes moindre secrets, mes craintes, mes joies ... J'étais mis à nu.

Il me fit signe d'approcher, j'obéis sans hésitation, le mutisme me prit.
- Apaise ton âme William ... Ton chemin sera semé d'embûche, il te faut te renforcer. Ezylone sera ta perte, ou ta rédemption, à toi de choisir le chemin.

Des énigmes, toujours des énigmes ... *Et je dois apaiser mon âme après de telles paroles ?* m'agaçai-je. Comme s'il lisait dans mes pensées le vieil homme rit à cœur joie et partit tout aussi sec.

Je soufflais, exaspéré. Je me perdis alors dans les rayonnages de la bibliothèque, jusqu'à ce qu'un ouvrage attire mon attention. Un livre traitant des esprits, leur interaction avec notre monde. Je n'étais pas du tout parti pour lire ce genre de recueil, mais j'aurais le temps de m'attarder sur ce qui m'intéressait un peu plus tard.

La reliure en cuir était abîmée, je la caressais du dos des doigts avant de partir à l'extérieur trouver un banc pour me plonger dans la lecture. Chose que je fis sans mal, il s'avérait que le documentaire fut fort intéressant, son écriture simple me permettait d'appréhender facilement les thèmes abordés.

Je fus surpris lorsque Shadow s'agita. Il m'arrivait aux genoux à présent, il avait bien grandit le bougre. Il tournait autour d'un voltiran qui s'apprêtait à lui sauter dessus. Un jeune homme arriva alors en trombe pour calmer l'animal. Je le rassurais dessuite :
- Ne vous inquiétez pas, regardez ils jouent.

Le pompon de Shadow remuait dans tous les sens tandis que le voltiran lui courrait après, attiré par la boule de poils frémissante. Je me rassis, invitant le gringalet s'installait à mes côtés.
- Ce voltiran est votre familier ? demandai-je intrigué. Je n'en ai jamais vu d'aussi près je dois avouer. Comment s'appelle-t-il ?

Je refermais mon livre après y avoir glissé une herbe en guise de marque-page, partageant un moment de convivialité avec le nouveau venu. Je me sentais dans ce temple comme dans une bulle, loin des tracas de la capitale.


Ecriture William : color=#cc3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tueur de Siless
Tueur de Siless
Messages : 83
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageMar 22 Mai - 22:43

Encore une fois Kairos avait fait une arrivée fracassante. Il avait le don de se mettre dans des situations toutes aussi gênantes les unes que les autres. Il ne pouvait s'empêcher de penser à la tête qu'il avait du faire en venant à la rescousse de son familier. Heureusement, l'homme qu'il avait remarqué le mis à l'aise instantanément en le rassurant. C'est vrai que ces deux-là avaient l'air de bien s'entendre. Saphira n'avait jusque-là jamais eu l'occasion de jouer avec d'autres animaux. Cela lui ferait sans doute du bien. Kairos s'installa avec l'inconnu à la jolie barbe et lui répondit :

- Oui tout à fait. Les voltirans azurés avaient disparu de la surface de la terre jusqu'à récemment. Cette petite boule de poils est un survivante. Je l'ai baptisé Saphira, en hommage à son pelage. Elle se nourrit essentiellement d'insectes, mais c'est de plus en plus dur d'en trouver. On dit que la technopôle serait la cause de ce déclin dans la population des insectes, mais je n'y ait jamais mis les pieds alors je ne saurai l'affirmer. Je vois que vous lisiez un livre sur les esprits. Un chaman vient justement de me parler des esprits qui m'accompagnent. J'étais surpris qu'il parvienne à les voir. Jamais personne n'avait remarqué leur présence jusqu'à ce jour. Est-ce que tous les gens d'ici ont un tel don ?

Kairos ne put s'empêcher de noter qu'il utilisait un brin d'herbe comme marque-page. Il utilisait la même technique dans sa jeunesse, alors qu'il dévorait des romans en haut des montagnes, le vent lui soufflant sur le visage et la vallée devant ses pieds. Un tel souvenir lui fit chaud au cœur. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas pensé à son grand-père n'y à son enfance. Il demanda à son tour :

- Je vous retourne la question. Quelle est donc cette magnifique panthère qui vous accompagne ? Et qu'est ce qui vous amène ici ?

Tout en lui posant ses questions, Kairos observait de plus près son interlocuteur. Bien qu'habillé on devinait sans peine le corps sculpté qu'il ne cherchait d'ailleurs pas vraiment à cacher. Sa barbe était particulièrement bien taillée. Mais c'était surtout la douceur de ses gestes et la gentillesse qui transparaissait dans sa voix qui émerveilla Kairos. Kairos remarqua l'alliance qu'il portait, mais n'osa pas l'interroger à ce sujet. Pourtant, son regard croisa celui de son acolyte alors qu'il était justement en train de fixer la dite alliance. Kairos détourna le regard d'un geste maladroit. Il ne voulait pas paraitre trop curieux.

Alors qu'il craignait d'un instant de gêne, celui qui l'avait justement accueilli fit irruption brusquement :

- J'aurai du me douter que tu te jetterai sur le nouveau venu dès que j'aurai le dos tourné. Visiblement je n'ai pas besoin de faire les présentations.

Il semblait bien se connaître tous les deux et en faisant attention, semblait même partagé quelques traits communs. Étaient-ils frères ? Kairos rit, comme il n'avait pas rit depuis longtemps. Il était content d'être venu ici. L'endroit avait quelque chose de reposant.

En reprenant son calme, Kairos se mit à apercevoir autour de lui des dizaines d'esprits. Le chaman avait donc visiblement raison, il pouvait les voir même si eux ne le désirait pas. Un doute l'envahit alors : Les voyait-il depuis toujours sans leur prêter attention ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 78
Date d'inscription : 08/01/2018
Infos fermées
MessageLun 28 Mai - 12:10

A peine installé le jeune homme me parla de son animal et des esprits avec un débit qui me fit sourire. Ainsi donc des esprits étaient avec nous, ses esprits ... Une légère moue incrédule passa sur mes lèvres. Était-ce une coïncidence ? Ce livre que je ne pensais pas lire et cette rencontre ... Sûrement le brun méritait que je lui prête plus attention.
- De tels dons je ne sais pas ... Mais pour avoir étudier ici il est vrai que l'on croise nombre de personnes avec le pouvoir de changer les choses ...

Appelant mon familier qui daigna à peine lever la tête avant de retourner jouer avec son compagnon, je le présentais au jeune homme :
- Il se nomme Shadow, c'est un Pan. Egalement en voie de disparition, ces gros bêtas ne sont dangereux pour 2 sous, et ont longtemps été chassés pour leur fourrure chatoyante.

J'observais les deux animaux de la tendresse dans le regard avant de me retourner vers mon interlocuteur :
- Je suis ici pour me ressourcer, est-ce votre première visite ? Je vais en profiter pour approfondir mes connaissances dans la médecine des plantes. Je suis ...guérisseur. J'avais hésité à employer ce terme, j'étais surtout devenu un tortionnaire, une ombre passa dans mon regard. Ce rôle me répugnait, il était temps que j'arrête de me torturer moi-même.

Je surpris le jeune homme fixant mes mains, mes bijoux ? Mon frère vint nous interrompre au moment où j'allais lui demander ce qui le tracaissait.

- Sam ! ris-je. Que veux-tu parfois j'oublie que je ne suis pas chez moi ici.
Réfléchissant je continuais :
- En réalité si les présentations sont de mises, nous parlions de nos familiers et n'avons pas pris la peine de nous nommer.

Je tendis la main au jeune brun pour la lui serrer :
- William, enchanté. Et vous ?

Je me sentais bien en cet instant, le jeune homme avait quelque chose d'apaisant. Mon frère nous proposa alors de le rejoindre ce soir, il comptait mettre tous les pèlerins à contribution pour préparer le repas du soir dans une ambiance familiale et conviviale.

J'acceptais avec plaisir avant de vanter les mérites de ce genre de soirée :
- Mon frère est le roi de la fête. Je lui fis un clin d'oeil. Plus sérieusement joignez vous à nous Kaïros, c'est très agréable de rencontrer les autres, souvent les pèlerins arrivent de tous les horizons, les conversations en sont d'autant plus intéressantes.

Samuel nous quitta avant de repartir à la quête de cuisinier.

- D'ailleurs, d'où venez vous ? Et que faites vous dans la vie si ce n'est pas trop indiscret ?


Ecriture William : color=#cc3300
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tueur de Siless
Tueur de Siless
Messages : 83
Date d'inscription : 19/11/2017
Infos fermées
MessageDim 3 Juin - 1:49

Ainsi la créature qui l'accompagnait était un Pan. Kairos n'avait jamais entendu parlé d'une telle espèce. Pourtant, il comprit pourquoi son pelage était recherché, tant l'on ne parvenait que difficilement à détourner son regard de cette créature mystérieuse. Néanmoins, l'idée qu'on puisse traquer de telles créatures aussi majestueuses qu’inoffensivement mit hors de lui Kairos. Que la cupidité de certains pouvaient conduire à des actes d'une bêtise impardonnable. Néanmoins, Kairos ne voulait pas afficher sa mauvaise humeur trop ouvertement, pour ne pas risquer d'afficher trop publiquement ses réactions virulentes face aux injustices de ce monde. Il se contenta donc de prendre une légère inspiration et de répondre poliment :

- Je pense que vous vous êtes bien trouvés vous et votre familier. Les animaux se trompent rarement sur les gens. Oui c'est ma première visite, mais certainement pas la dernière tant cet endroit semble avoir de nombreuses choses à m'apprendre. J'aurai aimé être guérisseur mais je n'ai pas la patience pour engendrer de si vastes connaissances. Heureusement que des gens comme vous existez.

Ainsi donc c'était bien son frère qui avait fait irruption. Alors qu'il lui tendit la main en se présentant, Kairos pris sa main entre les siennes pour lui rendre son étreinte le plus chaleureusement possible. Il accepta avec joie de prendre part à la fête qui s'annonçait ce soir. William lui dressa il faut dire un tableau bien élogieux de ce genre de moment de convivialité. Il ne savait pas si cela était sincère ou si cela relevait d'un esprit de fraternité mais en tout état de cause cela était suffisant pour convaincre Kairos de se joindre à eux, d'autant qu'il n'avait rien de mieux à faire.

Le frère de William repartit dans les cuisines, laissant William et Kairos discuter encore ensemble. William lui posa une autre question. Cela faisait bien longtemps que personne ne c'était intéressé à lui. Lui qui était d'un naturel assez taciturne et réservé, fut agréablement surpris d'être ainsi l'objet de l'attention d'un inconnu, très charmant qui plus est. Il répondit :

- Je suis né sur la crête d'une montagne, une nuit de blizzard en plein hiver. Ma mère est morte en me donnant la vie. Vie que j'aurai d'ailleurs perdu aussitôt après si l'esprit des neiges qui m'accompagne ne c'était pas lié à moi pour me venir en aide. J'ai été élevé par un vieux montagnard qui m'a appris tout ce que je devais savoir, avant de partir lui aussi. Je suis donc devenu un aventurier, pour tenter de comprendre qui je suis et ce que ma mère tentait de fuir. J'erre là où le vent me porte, j'accepte des quêtes aussi farfelues les unes que les autres et je force le destin en espérant parvenir à m'en sortir indemne. A dire vrai, je pense que j'espère un jour que mon avenir parviendra à rattraper mon passé. Je suis dans une course à la montre contre ma propre existence. Tel un serpent qui se mord la queue, j'aspire à parvenir à l'équilibre, sans véritablement savoir si une telle chose est possible, ou ne serait-ce que désirable ? Et vous, qu'est ce qui vous pousse à sortir de votre lit chaque matin ?

Tout en prononçant ses paroles, le plus sincèrement du monde, sans filtre, sans vraiment réfléchir aux conséquences, Kairos affichait un grand sourire. Son interlocuteur avait peur d'être indiscret, alors qu'il semblait à Kairos qu'il avait attendu depuis si longtemps déjà un tel échange. En vérité, c'était un de ses moments dans la vie, si rares et fugaces, où l'on sait, alors même qu'on est en train de les vivre, qu'ils seront déterminants.

William était pareil à un col de montagne. Il venait de l'atteindre, mais il ne savait encore rien de ce qui se cachait derrière dans la vallée. Pourtant Kairos courait tête baissée, la figure au vent et le soleil caressant sa peau délicatement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Infos fermées
Message

Revenir en haut Aller en bas
 
Sakura, la douceur incarnée [RP Kairos et William]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» William Delacroix [ Voleur ]
» William Sanders
» Nouvelle Garde [William]
» William Saule [validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Ezylone :: Les terres d'Ezylone :: Sahl :: Temple Sakura-
Sauter vers: